Agence Panafricaine d'information

Un rapport recommande de modifier les lois discriminatoires à l'égard des femmes en Gambie

Londres, Royaume-Uni (PANA) - Des dizaines de lois discriminatoires à l'égard des femmes devraient être abrogées ou révisées en Gambie, afin de garantir l'égalité des droits des femmes et des filles dans le cadre juridique.

Un rapport, produit conjointement par le gouvernement de la Gambie, le Secrétariat du Commonwealth et ONU Femmes, révèle plusieurs lois discriminatoires et des lacunes qui permettent la discrimination.

Visant à mettre fin à la discrimination dans la législation, le rapport recommande de modifier 19 lois et d'en abroger 10 totalement ou en partie.

Il propose également de promulguer deux nouvelles lois pour garantir que le cadre législatif de la Gambie respecte ses obligations internationales en matière d'égalité des sexes.

"Les lois, qui s'affaiblissent les unes les autres, constituent un obstacle fondamental à l'égalité des sexes, au développement durable et menacent des décennies de progrès déjà réalisés pour les femmes", a déclaré la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland.

"Je félicite le gouvernement de la Gambie pour l'audace dont il a fait preuve en entreprenant un examen complet de ses lois afin de déterminer dans quelle mesure elles sont conformes aux normes et standards internationaux et régionaux.

"La mise en œuvre des recommandations du rapport rendra les femmes et les filles gambiennes encore plus autonomes et soutiendra les efforts du gouvernement pour mieux se reconstruire après la pandémie de la COVID-19", a-t-elle indiqué.

Le rapport souligne que le respect des normes en matière d'égalité des sexes devrait être une priorité dans la mise en œuvre des lois nationales.

C'est pourquoi, il propose 14 mesures politiques pour garantir que les lois respectent pleinement les droits des femmes, notamment en investissant dans les soins postnatals, en fournissant une aide juridique accessible et en ratifiant et en respectant le droit international du travail.

"Il est essentiel pour le bien-être et le progrès de la Gambie de dresser un inventaire des lois dans une perspective de genre", a déclaré le ministre gambien de la Justice, Abubacarr Ba Tambadou.

"J'approuve ce rapport et ses recommandations, qui constituent une étape pour mon gouvernement vers la mise en œuvre de l'égalité en droit pour les femmes et les filles d'ici 2030", a-t-il dit.

"Il sert de cadre à la réalisation d'une pleine égalité de droit, qui à son tour, est le fondement d'une égalité de fait et de fond", a-t-il estimé.

Le rapport dresse la carte et analyse les lois nationales de la Gambie.

Cette cartographie permet d'établir une feuille de route pour des réformes législatives approfondies grâce à un examen des lois nationales et des verdicts afin de déterminer leur impact sur les droits des femmes.

L'analyse, guidée par les engagements et les obligations internationales du pays, passe en revue la Constitution de 1997, les lois et les instruments législatifs et juridiques correspondants par le biais de règlements, d'ordonnances, de directives, d'orientations et de jurisprudence.

Le rapport est le fruit de l'assistance technique fournie à la Gambie dans le cadre d'une initiative visant à mettre en œuvre la stratégie "Egalité en droit pour les femmes et les filles d'ici 2030", élaborée par ONU Femmes, le Secrétariat du Commonwealth et d'autres partenaires au développement.

Cette stratégie globale vise à renforcer la protection juridique complète de 50 millions de femmes et de filles dans 100 pays entre 2019 et 2023, dans le cadre de la loi.

-0- PANA AR/AKA/JSG/SOC 25sept2020