Agence Panafricaine d'information

Les forces gouvernementales libyennes interceptent un convoi de 80 véhicules militaires de Haftar sur la route de Syrte

Tripoli, Libye (PANA) - L'armée libyenne loyale au gouvernement d'union nationale a annoncé ce mercredi, avoir intercepté un convoi militaire appartenant aux forces de Haftar, composé de 80 véhicules armés quittant al-Joufra (Centre) vers al-Loud, près de Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli, assurant que ce déplacement s'inscrit dans le cadre d'une forte mobilisation suspecte du camp adverse.

Le porte-parole de l'armée libyenne fidèle au gouvernement d'union nationale, le colonel Mohamed Ganounou, a indiqué que l'Unité d'analyse des renseignements et des informations du Commandement des opérations a remarqué, il y a peu, le mouvement d'un convoi armé de 80 véhicules militaires appartenant aux forces de Haftar, allant d'al-Joufra à al-Loud, ajoutant que les mouvements de la nuit dernière ont coïncidé avec des "mobilisations de troupes militaires suspectes du camp ennemi soutenues par des mercenaires".

Le colonel Ganounou a ajouté, dans une déclaration publié par l'opération militaire "Volcan de la colère" affiliée au gouvernement d'union, que les mouvements ont également coïncidé avec "cinq violations attendues et répétées depuis la déclaration du cessez-le-feu, que les forces gouvernementales se sont engagées à respecter.

Il a souligné que les instructions données aux forces du gouvernement sont de se préparer en attendant les ordres du "Commandant suprême pour traiter et répondre, au lieu et au moment appropriés".

Depuis la défaite fin mai dernier des forces de Haftar à Tripoli et dans la région de l'Ouest , les zones de Syrte et d'al-Joufra constituent le front de combat où les troupes des deux camps sont positionnées de part et d'autre de la ligne de front.

Des déclarations séparées effectuées le 21 août dernier par les présidents du Conseil présidentiel, Fayez al-Sarraj, et du Parlement, Aguila Saleh, ont proclamé un cessez-le feu informel qui a été salué par la communauté internationale en attendant la reprise du processus politique.

Ces déclarations ont porté également sur la démilitarisation des zones de Syrte, d'al-Joufra et du Croissant pétrolier.

Des rencontres entre parlementaires libyens au Maroc depuis dimanche ont relancé l'espoir d'une reprise du processus politique en vue de fixer le cessez-le feu et de préparer les modalités afin de mettre fin à la transition politique actuelle en prélude à des élections générales en mars 2021.
-0- PANA BY/JSG/SOC 09sept2020