Agence Panafricaine d'information

Les déplacés et réfugiés du conflit casamançais ont leur place dans la recherche de la paix en Casamance, selon Robert Sagna

Ziguinchor, Sénégal (PANA) - Les personnes déplacées et réfugiées du conflit casamançais ont leur place dans la recherche de la paix en Casamance, a déclaré jeudi à Bulock, en Gambie, un village situé à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Banjul, Robert Sagna, le président du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (GRPC).

Il faut signaler que Bulock, comme tous les villages frontaliers gambiens, situés dans cette zone, abritent des milliers de réfugiés casamançais qui ont fui depuis plus de vingt ans leurs villages à cause du conflit armé qui prévaut dans leur région. Et c’est pour les rencontrer et les impliquer dans la recherche de la paix que Robert Sagna et son équipe étaient allés les rencontrer.

Lors de cette rencontre, ces réfugiés ont dit à Robert Sagna que ce n’est pas de gaîté de cœur qu’ils ont fui leurs villages et pour rentrer au bercail il faut que les causes qui ont motivé leur départ disparaissent.

‘’Ils ont dit que ce n’est pas toujours de gaîté de cœur qu’ils ont fui leurs villages. Et étant certains que dans tous les villages de la Casamance, la paix est là, ils ont encore évoqué l’existence de mines, des combattants qui ont encore des armes et des militaires dans certaines zones; par conséquent, les conditions optimales qui pourraient justifier leur retour dans leurs villages ne sont pas tout à fait réunies. Mais, nous aussi, nous avons surtout insisté sur le fait qu’eux aussi peuvent participer à la réflexion qui nous permettra de trouver les voies et moyens de sortir de cette crise.

"Nous sommes des Casamançais, nous sommes des Sénégalais,  comme tout le monde, par conséquent, nous sommes tous engagés dans cette recherche de la paix’’, a-t-il confié, relevant que c’est cela qui explique la présence de son groupe.

‘’C’est pour que vous puissiez apporter votre contribution à cette recherche de la paix qui s’annonce, qui avance et à laquelle je crois, que le président de la République consacre le maximum d’efforts. Le chef de l’Etat a donné la priorité de son mandat à la recherche de la paix et a priorisé la Casamance dans tous ses plans de développement, notamment le Plan Sénégal émergent (PSE)’’, insiste-t-il.

Selon Robert Sagna, ces réfugiés attendent du GRPC des informations dont il dispose sur le problème en Casamance et également que ceux qui ont des armes, tant militaires que MFDC, pensent comme voie par laquelle on pourrait passer mais aussi qu’est-ce eux peuvent dire, peuvent apporter dans la recherche de solutions. Autrement dit, les impliquer pour qu’ils puissent ensemble aller vers des solutions définitives de la paix en Casamance.

Sur un autre plan, Robert Sagna se dit très touché par la situation dans laquelle ces réfugiés vivent, mais exprime sa satisfaction de voir que la Gambie les met vraiment dans des conditions exceptionnelles. Il affirme qu’il n’y a pas de gens qui se sont plaints de la manière dont ils ont été accueillis en Gambie. Tout le monde s’est félicité de la manière dont le gouvernement gambien s’occupe d’eux, fait-il remarquer.

Les réfugiés, eux aussi, se sont dit très touchés par la venue de l’ancien maire de Ziguinchor et son groupe, soulignant que c’est la première fois qu’ils reçoivent des autorités sénégalaises qui viennent voir dans quelles conditions ils vivent en Gambie depuis vingt-trois ans d’exil.

Robert Sagna leur a assuré que ces contacts seront multipliés car lui et son groupe envisagent d’aller voir également leurs frères casamançais réfugiés en territoire bissau-guinéen.  

-0-PANA MAD/BEH/SOC 05juil2019  

  •