Agence Panafricaine d'information

L'UA prépare le sommet sur l'industrialisation qui se tiendra en novembre au Niger

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - L'Union africaine (UA) prévoit de tenir un sommet spécial des chefs d'Etat et de gouvernement sur l'agenda de l'industrialisation de l'Afrique en novembre 2020 au Niger, a indiqué une source officielle lundi.

Le commissaire au commerce et à l'industrie de l'UA, Albert Muchanga, a déclaré que le sommet jouerait un rôle clé pour aider à relancer le processus d'industrialisation en Afrique, avant le lancement officiel de la zone de libre-échange continentale africaine (African Continental Free Trade Area,  AfCFTA) en janvier 2021.

L'UA avait annoncé le 1er juillet 2020 comme date de lancement de l'AfCFTA, mais le processus a été retardé par l'apparition de la pandémie de coronavirus, qui a obligé à reporter plusieurs réunions internationales.

L'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique travaillent conjointement pour accueillir le sommet, qui devrait générer des mesures visant à revitaliser les efforts d'industrialisation en Afrique, a déclaré M. Muchanga,

"Nous allons proposer des mesures pour relancer l'industrialisation. L'UA invitera le président du Niger, le président Mohammadu Issoufou, à défendre le programme d'industrialisation. Nous avons besoin de grands espaces de marché pour l'Afrique afin de créer l'espace nécessaire à l'industrialisation", a déclaré M. Muchanga.

S'exprimant lors d'une réunion convoquée par le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), rebaptisé Agence de développement de l'UA, M. Muchanga a déclaré que les pays africains étaient mûrs pour le lancement d'un programme d'industrialisation majeur, mais seulement si le continent investissait dans des marques originales "made in Africa".

"Nous dépendons de la fabrication d'équipements d'origine. Ces fabricants du monde entier se déplacent à la recherche de régions où ils peuvent trouver une main-d'œuvre bon marché.

"Pour l'Afrique, ce n'est pas un modèle d'industrialisation durable car nous, en Afrique, ne possédons pas les droits de propriété intellectuelle pour ces technologies utilisées pour produire ces équipements manufacturés", a déclaré M. Muchanga.

Le fonctionnaire de l'UA a pris la parole lors du séminaire de la Journée de l'intégration de l'UA 2020, convoqué pour recentrer les discussions sur les stratégies nécessaires à la revitalisation des plans nationaux de création d'emplois et de richesse.

Il a déclaré que ce n'est que par la fabrication de produits originaux fabriqués en Afrique qu'une politique d'industrialisation continentale pourrait réussir.

Pendant ce temps, le directeur général de l'Agence africaine de développement, Ibrahim Mayaki, a appelé à une politique d'industrialisation africaine unique.

M. Mayaki a déclaré qu'il était impossible pour les pays de s'industrialiser en utilisant 55 politiques d'industrialisation différentes tout en opérant dans un environnement de marché unique dans le cadre de l'AfCFTA.

Il a déclaré que les plans d'industrialisation devraient se concentrer sur l'amélioration de la participation des pays aux niveaux national, régional et continental plutôt que sur la promotion du développement économique et industriel national.

Il a déclaré que les pays devaient entreprendre des réformes plus strictes de leurs lois et créer les institutions nationales appropriées pour que les efforts de commerce et d'industrialisation prennent racine en Afrique.

Le patron du NEPAD a déclaré que le marché du travail africain comptait 20 millions de personnes âgées de 18 à 25 ans qui avaient besoin d'emplois pour se maintenir sur le marché du travail, ce qui justifiait la nécessité de politiques continentales.

 

-0- PANA AO/RA/ASA/TBM 6juil2020