Agence Panafricaine d'information

Annonce de la reprise de la navigation aérienne à partir de l'aéroport de Maitigua à Tripoli

Tripoli, Libye (PANA) - Le ministre des Communications du gouvernement d'union nationale, Milad Maatoug, a annoncé mardi la reprise progressive du trafic aérien à l'aéroport international de Maitigua, banlieue-est de Tripoli, fermé depuis deux mois pour des raisons sécuritaires après avoir été la cible de frappes aériennes.

Dans un point de presse aux côtés du ministre de l'Intérieur, Fathi Bachagha, et du Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, à l'issue d'une visite de terrain à l'aéroport, M. Maatoug a ajouté que la reprise effective des vols dépendra de la disponibilité des compagnies aériennes à présenter leurs calendriers de vols ainsi que de la capacité de la direction de l'aéroport à reprendre son activité.

M. Salamé a affirmé que "la piste principale et les principaux hangars et salles des voyageurs qu'il a visités sont essentiellement destinés à un usage civil", précisant qu'"il n'y a, désormais, plus aucun motif de les cibler".

Il a déploré le fait que "la capitale Tripoli et ses environs qui abritent le tiers de la population libyenne (estimée à 6 millions d'habitants) soient privés des services de l'aviation, d'autant plus qu'il y a des malades, des personnes âgées, des enfants et autres composantes sociales qui ont besoin de cette installation aéroportuaire".  

Répondant à une question d'un journaliste, M. Salamé a affirmé que "toutes les fois où deux conditions sont réunies, à savoir le ciblage d'un site civil et l'identification de son auteur, il condamne et informe le comité de sanctions de l'ONU sur la Libye, ainsi que le Conseil de sécurité qui doit prendre des sanctions, vu qu'il s'agit d'un crime de guerre, conformément au droit international humanitaire".

Pour sa part, M. Maatoug a annoncé que la mission des Nations unies disposera d'un lieu réservé à partir duquel son personnel et ses diplomate,s ainsi que les autres chefs de mission diplomatiques étrangères pourront se rendre pour quitter ou arriver dans la ville.

Le ministre de l'Intérieur, Fathi Bachagha, a affirmé que si les bombardements se poursuivaient, ils prendront cette fois-ci des dispositions dissuasives, sans donner davantage de détails.

L'aéroport de Maatigua, le seul opérationnel dans la ville de Tripoli a été fermé depuis septembre, après avoir été soumis à de fréquents raids aériens. Les vols ont été déroutés vers l'aéroport international de Misrata à 220 km qui a été également été bombardé.

A noter qu'une partie de l'aéroport de Maatigua abrite une base militaire aérienne.

 

-0- PANA BY/TBM/SOC 29oct2019