Interpellation de deux journalistes burundais et américain pour un reportage «improvisé» à Bujumbura

Bujumbura, Burundi (PANA) - Une journaliste de nationalité américaine, Julia Steers et un correspondant local de la radio britannique (Bbc), Jiridas Ihundimpundu, ont été interpellés, dimanche matin, à Mutakura, au nord de Bujumbura, pour un reportage « non autorisé » sur un sensible sujet de "fosses communes" présumées contenir des victimes des violences électorales de 2015, leur a reproché la Police nationale.

L'administration locale n'avait pas été préalablement avertie, mais aux dernières nouvelles, la journaliste américaine a été relâchée suite à une intervention du Conseil national de la communication (Cnc, organe public de régulation des médias) qui l’avait dûment accréditée.

Le journaliste burundais, quant à lui, est resté entre les mains de la Police car ne figurant pas dans le registre des journalistes reconnus par le Cnc.

Les deux journalistes voulaient falsifier les preuves des exactions qui ont été commises par des insurgés contre le pouvoir, en 2015, a soutenu le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre Nkurikiye.

L’insurrection était consécutive à l’officialisation de la candidature de l’actuel chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, à un nouveau mandat jugé contraire à la Constitution dans les milieux de l’opposition et de la Société civile.

La polémique reste ouverte sur des photos satellitaires du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme montrant l’existence d’au moins neuf fosses communes pouvant contenir une centaine de victimes des exécutions extrajudiciaires de 2015 à Bujumbura et ses environs.

Le pouvoir burundais a dernièrement résilié l'accord de siège qui le liait au bureau local du Haut Commissariat pour ses rapports jugés "mensongers" sur la situation réelle des droits humains dans le pays.
-0- PANA FB/BEH/IBA 23oct2016

23 octobre 2016 12:38:11




xhtml CSS