Il n’y a pas une autre organisation en dehors de l'UA pour ramener la paix en Libye, selon le maréchal Haftar

Brazzaville, Congo (PANA) - "Il n’y a pas une organisation en dehors de l’Union africaine (UA) qui pourrait ramener la paix en Libye", a déclaré le chef de l'armée libyenne, le maréchal Khalifa Haftar, à l’issue d’un entretien, samedi, à Brazzaville, avec le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-Nguesso, président du Haut comité de l’UA sur la crise libyenne, a annoncé lundi la radio publique.

‘’Il n’y a pas une autre organisation en dehors de l’UA qui pourrait ramener la paix en Libye. C’est un devoir pour cette institution de venir en aide aux Libyens comme il est un devoir pour les Libyens d’aider d’autres pays africains. Donc, nous sommes tout à fait heureux que cette médiation réussisse’’, a ajouté le maréchal Haftar.

Selon lui, les autres pays qui ne sont pas africains interviennent dans la situation en Libye pour leurs propres intérêts.

"Nous savons que d’autres pays qui ne sont pas africains et qui interviennent dans la crise libyenne, le font pour leurs propres intérêts et non pour l’intérêt de la Libye. Nous soutenons l’UA et comptons beaucoup sur non frères Africains",  a renchéri le maréchal Haftar.

"Nous n’avons pas pu prendre part à la réunion du Haut comité de l’UA, le 9 septembre dernier, à Brazzaville, pour des raisons sécuritaires. Nous combattons le terrorisme dans notre pays, nous faisons face à des organisations terroristes d’Al-Qaïda. Nous avons dû mener des batailles y compris au moment où se tenait cette réunion de l’UA à Brazzaville.  Grâce à Dieu, l’armée libyenne a repris plus de 93 pc du territoire national", a indiqué le maréchal Haftar.

Parlant des accords de Skhirat, au Maroc, il a noté qu’ils arrivaient bientôt à leur terme sans avoir amélioré la situation du peuple libyen.

"Ces accords n’ont pas réussi. L’UA est une organisation qui compte beaucoup de pays et nous espérons sur cette organisation. Le soutien de l’UA est très important, elle doit nous aider politiquement, parce que nous combattons le terrorisme qui menace le monde entier", a-t-il conclu.

Le 9 septembre dernier à Brazzaville, lors de la 4ème réunion du Comité de Haut niveau de l’UA, les parties au conflit en Libye avaient exprimé leur volonté de parvenir à une solution négociée à cette crise.

Elles ont réitéré ce vœu en marge de l’Assemblée général des Nations Unies qui se tient présentement à New York, aux Etats-Unis.
-0- PANA MB/JSG/IBA 18sept2017

18 septembre 2017 10:44:00




xhtml CSS