Zambie: Les avocats condamnent l'arrestation des patrons du journal The Post

Lusaka, Zambie (PANA) – La Law Association of Zambia (LAZ) a déclaré qu'elle est alarmée par la «manière brutale» avec laquelle les Services de la police zambienne ont arrêté et battu mardi le rédacteur en chef du journal The Post, Fred M'membe, sa femme Mutinta et l'éditeur du Post, Joseph Mwenda.

Le journal a obtenu lundi une ordonnance du tribunal interdisant au Zambia Revenue Authority (ZRA) de saisir la propriété du journal sur la base des arriérés d'impôts qu'il doit.

Cependant, la police de Lusaka a arrêté tôt mardi le trio, après avoir accédé au siège social du journal à Lusaka.

Des policiers armés "ont brutalement battu» les trois personnes avant de les regrouper dans une fourgonnette, a déclaré l'avocat. L'avocat du journal The Post, Nchima Nchito, a également dit avoir été battu quand il a essayé de raisonner avec la police quand ils battaient le trio.

M'membe, sa femme et Mwenda sont actuellement détenus au commissariat central de Lusaka. Aucune accusation n'a été portée contre eux.

ZRA a fermé mardi dernier le journal dans le but de récupérer environ 53 millions de kwacha d'arriérés d'impôts. (1 dollar US=10 K). Mais le Revenue Appeals Tribunal a ordonné lundi la publication des articles du journal qui ont été saisis par ZRA, le 21 juin.

Dans un communiqué publié mardi, le président de la LAZ, Linda Kasonde, a condamné la police pour la brutalité utilisée pour arrêter le trio et aussi la façon avec laquelle les agents ont malmené les avocats du journal, Nchima Nchito et Chisuwo Hamwela.

Les deux avocats étaient présents pour faire respecter l'ordre du Tribunal d'appel du revenu en date du 27 juin 2016 ordonnant la publication des articles qui ont été saisis par ZRA le 21 juin.

LAZ a déclaré que la manière dont ZRA et les forces de l'ordre avaient traité le journal The Post a semblé donner du crédit à l'argument du journal selon lequel les actions étaient motivées politiquement.

"Nous ne pouvons pas commenter sur le fond de la question qui est toujours au tribunal. Le fait que les organismes d'application de la loi ont donné un ordre juridiquement contraignant suggère clairement que la décision de fermer le journal a été faite de mauvaise foi", a déclaré Kasonde.

Pendant ce temps, l'Institut des médias d'Afrique australe (MISA) - Zambie a demandé la libération immédiate et inconditionnelle de M'membe, de sa femme et de l'éditeur du Post.

Dans un communiqué, la présidente de MISA-Zambie, Helen Mwale, a déclaré que l'arrestation du personnel du journal, sans une ordonnance d'un tribunal, a prouvé qu'il était victime politiquement.

Le MISA a appelé le président Edgar Lungu à intervenir immédiatement dans l'affaire s'il croyait vraiment en la liberté de la presse et à la démocratie.

"Les tentatives de museler la presse en Zambie en utilisant la force ne réussira pas du fait que cela s'est déjà mal passé sous la direction actuelle avec leur personnage actuellement en question au niveau international.

"Les dirigeants politiques doivent savoir que cette décision de fermer le journal The Post, en plus de la violence politique, la restriction des libertés fondamentales d'association, d'expression et de mouvement, porte atteinte à la tenue d'une élection libre, juste et pacifique", a déclaré Mwale.

Elle a déclaré qu'il était triste de constater que dans un pays qui se vante d'être démocratique, les organismes d'application de la loi aient été utilisés pour enfreindre la loi et désobéir aux ordonnances d'un tribunal.
-0- PANA MM/MA/MTA/IS SOC 28juin2016

28 juin 2016 17:12:30




xhtml CSS