Washington condamne les attaques du camp Gbagbo contre des civils non armés en Côte d'Ivoire

Accra, Ghana (PANA) - Les Etats-Unis ont condamné les attaques continues menées par le camp du président sortant Laurent Gbagbo contre des civils non armés en Côte d'Ivoire et ont demandé l'arrêt immédiat de la brutalité.

"La violence aveugle contre les civils ne peut être tolérée. Tous les individus responsables pour avoir ordonné ou mené ces actes haineux devront répondre de leurs actes", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Rodham Clinton, dans un communiqué publié vendredi et reçu samedi à Accra par la PANA.

Au moins 25 personnes ont été tuées il y a deux jours à Abidjan, la capitale économique, après que les troupes de M. Gbagbo ont bombardé un fief de l'opposition.

La Mission de l'ONU en Côte d'Ivoire estime que cette attaque pourrait être assimilée à un crime contre l'humanité.

"Le refus persistant de M. Gbagbo de participer à la transition pacifique recommandée par l'Union africaines contredit ses déclarations selon lesquelles, il représente le peuple ivoirien",  observe le communiqué.  

"Le discours incendiaire de M. Gbagbo, tel que son appel récent aux civils à prendre les armes contre leurs propres compatriotes, tranche nettement avec l'appel du (président) Alassane Ouattara au calme et à la retenue du peuple ivoirien".

Le communiqué estime qu'il était temps pour tous les Ivoiriens d'embrasser le chemin de la paix et de l'unité pour reconstruire la Côte d'Ivoire afin que les générations futures puissent jouir de la stabilité et de la prospérité que tous les Ivoiriens méritent.

Par ailleurs, les Etats-Unis apportent une aide humanitaire aux civils affectés par la violence croissante, notamment une aide alimentaire de 4,5 millions de dollars au Programme alimentaire mondial en Côte d'Ivoire et une contribution de 7,5 millions de dollars pour les réfugiés au Liberia, un pays voisin.

"Nous continuerons à venir en aide aux personnes affectées par ces violences et à aider à mettre fin à cette crise", ajoute le communiqué.

La Côte d'Ivoire, le premier pays producteur de cacao, est plongée dans une crise depuis le second tour controversé de l'élection présidentielle de novembre 2010 dont la victoire est revendiquée par MM. Gbagbo et Ouattara.

La communauté internationale estime que M. Ouattara a remporté le vote et a demandé à M. Gbagbo de lui céder le pouvoir, mais il a refusé.
-0- PANA MA/NFB/JSG 19mar2011

19 mars 2011 11:55:36




xhtml CSS