Vive critique de la RADDHO contre le choix de Obiang Nguema à la présidence de l’UA

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) – La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (RADDHO) a exprimé dans un communiqué publié dimanche à Addis-Abeba, en Ethiopie, "sa profonde indignation" suite à la désignation du président équato-guinéen,  Obiang Nguema, comme président en exercice de l’Union africaine (UA) pour les douze prochains mois.

Dans un communiqué publié dans la capitale éthiopienne, l’ONG de défense des droits de l'Homme estime que la désignation de Obiang Nguema à la présidence de l’UA ternit l’image de l’Afrique et "décrédibilise le débat projeté par l’Union africaine sur les valeurs démocratiques".

"La situation des droits humains en Guinée équatoriale est caractérisée par les tortures systématiques contre les opposants politiques, les violations des libertés fondamentales avec une opposition muselée, l’absence d’une presse indépendante, l’inexistence de la Société civile", déplore la RADDHO.

Pour l’ONG de défense des droits de l’Homme basée à Dakar, le plus préoccupant en Guinée équatoriale, "c’est l’existence d’une corruption qui gangrène une classe politique profitant  des revenus pétroliers alors que la population croupit sous la misère".

"Bref, la Bonne gouvernance en Guinée équatoriale est en totale contradiction avec les valeurs et les principes promus par la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples et l’Acte constitutif de l’UA", poursuit le communiqué.

Qualifiant la désignation de M. Obiang Nguema de "mauvais choix", la RADDO estime qu’il est temps que les chefs d’Etat africains comprennent que "le crépuscule des dictateurs a sonné en Afrique".

Près d’une quarantaine de chefs d’Etat et de gouvernement participent au 16ème sommet de l’UA qui se tient dimanche et lundi sur le thème des "Valeurs partagées pour une plus grande unité et intégration".

Le sommet devrait notamment procéder, à la fin de ses travaux, à la désignation d’un Panel de haut niveau de cinq personnalités pour tenter de dénouer la crise ivoirienne.

-0- PANA SEI/TBM/IBA  30janvier2011


30 janvier 2011 17:25:08




xhtml CSS