Violation de la trêve à Tripoli avec la reprise des combats entre groupes armés

Tripoli, Libye (PANA) - Les combats entre groupes armés qui s'affrontent à Tripoli ont repris jeudi soir, violant la trêve qui a été conclue, ont indiqué des sources concordantes, assurant que cette reprise a retardé le déploiement de la force d'interposition entre les belligérants.

Des affrontements sporadiques ont éclaté dans la zone de la route de l'aéroport de Tripoli avec la chute d'obus et des tirs à l'arme automatique.

Par ailleurs, le commandant de la région militaire Ouest relevant du Conseil présidentiel, Oussama Jouweili, chargé de diriger la force d'interposition, a indiqué que ses troupes ne sont pas encore intervenues pour régler les différends à Tripoli en raison de la poursuite des tirs.

"Les bons offices pour calmer la tension à Tripoli se poursuivent, encore menés par les personnes de bonne volonté", a indiqué M. Jouweili, précisant que "ses troupes ne pourront intervenir que lorsque les hostilités auront cessé".

Pour sa part, le président de l'Instance de contact social et chef de la délégation de la réconciliation pour la ville de Gharyane, Cheikh Mokhtar Ali Younes, a déclaré vendredi, que leur quête se concentre maintenant pour obtenir un cessez-le-feu et empêcher la violation de la trêve.

M. Younes a expliqué que les cheikhs, les dignitaires et les délégations de la réconciliation de la région de Jebal Gharbi et de différentes villes et tribus de la Libye quitteront Tripoli pour se rendre à Tarhouna afin de les rencontrer au terme des réunions dans la capitale.

Le président de l'Instance a ajouté que le seul but est d'empêcher une violation de la trêve, et l'entrée de la force d'interposition et de règlement du conflit et conclure un cessez-le-feu.

Il a signalé que des deux côtés, des notables de Tripoli et Tarhouna, ainsi que les parties au conflit dans les axes de combat, ont répondu positivement à leur initiative.

Des affrontements armés, depuis dimanche à Tripoli, ont opposé le Bataillon 7 et la Brigade des Thowars de Tripoli, tous deux sous-tutelle du Conseil présidentiel, faisant 41 morts et 126 blessés.
-0-PANA BY/BEH/SOC 31août2018

31 أغسطس 2018 17:17:41




xhtml CSS