Vers une réunion entre Taylor et son opposition en exil

Monrovia- Liberia (PANA) -- La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'est fixée comme priorité la tenue d'entretiens de réconciliation entre le président Charles Taylor et les politiciens en exil, a révélé un leader de l'opposition libérienne mardi, à Monrovia.
Dans un communiqué de presse rendu public à Monrovia, le président du Liberian Peoples' Party (LPP), M.
Togba-Nah Tipoteh, a déclaré que le secrétaire exécutif de la CEDEAO, M.
Lansana Kouyaté, a accordé une "haute priorité" à la tenue de ces entretiens.
Les réunions de réconciliation devront permettre d'arriver à une paix véritable, non seulement au Liberia mais aussi dans le bassin de l'Union du fleuve Mano, a indiqué M.
Tipoteh, qui revenait d'une tournée en Afrique de l'Ouest et en Europe.
Il a ajouté que ces entrevues devront inclure les chefs des anciennes factions en guerre et des Libériens qui continuent à avoir de grandes divergences avec le gouvernement de Taylor, se considérant comme marginalisés et gravement menacés par le pouvoir en place à Monrovia.
Le leader du LPP a révélé que la CEDEAO avait accepté de trouver un endroit approprié, hors du Liberia, pour les discussions, afin d'assurer la pleine participation de toutes les tendances libériennes.
Citant des officiels de la CEDEAO, M.
Tipoteh qui a tenu une réunion avec Kouyaté au siège de l'Organisation à Abuja, a affirmé que le président Taylor était au courant et soutenait cette démarche.
Depuis l'arrivée de M.
Taylor au pouvoir au Liberia en 1977, de nombreux politiciens, intellectuels et professionnels libériens ont fui le pays en raison de l'insécurité, certains par précaution et d'autres après avoir eu affaire aux terribles forces de sécurité de l'ancien chef de guerre.
Actuellement, quelque 14 politiciens en exil et des chefs d'anciennes factions sont accusés de trahison par le gouvernement de Taylor pour leur soutien supposé aux insurgés qui se battent dans le nord du pays.
Ils ont tous démenti les accusations et les ont considérées comme un stratagème de Taylor pour les éloigner du processus politique au Liberia.

26 juin 2001 19:34:00




xhtml CSS