Vers une déclaration des ministres de l'UA sur le Zimbabwe

Charm el-Cheikh- Egypte (PANA) -- Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping a lancé un appel pour une Déclaration spéciale sur le Zimbabwe à l'occasion de la réunion de deux jours des ministres des Affaires étrangères de l'organisation panafricaine qui a démarré ses travaux vendredi à Charm el-Cheikh.
Le patron de l'Union africaine a eu un entretien privé avec le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères, Shimbarashe Mumbengegwi en marge de la réunion du Comité exécutif de l'UA qui coïncide avec le début du vote du deuxième tour de la présidentielle au Zimbabwe.
Dans un discours qui n'a pas beaucoup fait référence directe à l'impasse politique zimbabwéenne, M.
Ping a insisté sur la nécessité d'une signature d'un accord entre les deux parties, avant de demander l'adoption d'une Déclaration sur le Zimbabwe.
Le président de le Commission de l'UA a été brièvement applaudi après l'annonce de cette Déclaration suivie d'un entretien avec le ministre zimbabwéen des Affaires étrangères.
Le ministre zimbabwéen a refusé de répondre aux questions des journalistes, mais il a toutefois promis d'accorder un entretien exclusif à un journal chinois.
"C'est avec la Chine seulement que nous pouvons parler sans avoir des problèmes", a déclaré le ministre zimbabwéen sous haute sécurité.
M.
Ping a déclaré que l'Afrique ne peut accepter que le problème des résultats électoraux retardés vienne s'ajouter aux nombreux problèmes sociaux et économiques, notant qu'en dépit des progrès notés dans le domaine du renforcement de la démocratie, les élections sont souvent sources de conflit.
"Nous devons faire face au problème des résultats retardés qui sape la paix sur notre continent.
Nous réfléchirons sur la conduite générale des élections et soumettrons le rapport au sommet", a déclaré M.
Ping à l'ouverture de la session de la conférence des ministres.
Les autorités zimbabwéennes ont défié les appels et pressions de la communauté internationale qui demandait l'annulation du deuxième tour de la présidentielle qui a débuté vendredi.
Le candidat du Mouvement pour le changement démocratique (MCD) de l'opposition, Morgan Tsvangirai s'est retiré du deuxième tour en remettant en cause la crédibilité du scrutin.

27 juin 2008 14:40:00




xhtml CSS