Vers un dispositif pour l'information éducative sur le continent

Libreville- Gabon (PANA) -- Le ministre gabonais de l'Education nationale a plaidé lundi à Libreville pour la mise en place d'un dispositif sur la collecte, le traitement et l'analyse de l'information éducative adaptée aux conditions particulières de chaque pays, en vue du renforcement des capacites de gestion des systemes educatifs en afrique.
Intervenant à l'ouverture des travaux d'un atelier régional, M.
André Mba Obame a souligné que les statistiques scolaires ont pris du retard à susciter l'attention des décideurs politiques et administratifs, précisant que ce désintérêt a été manifesté par l'existence, l'inorganisation ou l'archaïsme des dispositifs de collecte, le manque de fiabilité de données produites et l'inutilisation de celles-ci dans le processus décisionnel.
Au Gabon, a-t-il relevé, le ministère de l'Education nationale a pris conscience de cette carence.
Ainsi, dans le but d'assurer une planification rationnelle de développement du système éducatif et de favoriser une prise de décision sur la base de données quantifiées, un projet de carte scolaire est en cours de réalisation.
Ce logiciel (carte scolaire du Gabon), qui sera officiellement présenté dans les prochains jours, vise à faire disposer, entre autres, d'un outil moderne de traitement de l'information éducative répondant à un cahier de charges adopté par le département, a expliqué M.
Mba Obame.
Selon lui, cet outil de traitement ne suffit pas à résoudre l'épineux problème de l'information éducative.
Ainsi, le ministre a préconisé l'option de la déconcentration comme étant la plus envisageable et la plus apte à requérir une organisation, une infrastructure et des équipements appropriés.
A cet effet, il a fait appel à l'appui technique de l'Institut de statistiques de l'UNESCO, en vue du perfectionnement des personnels destinés à faire fonctionner ces nouveaux dispositifs.
Pour sa part, le représentant de l'Institut, M.
Luis Carrizo, a indiqué que l'UNESCO envisage de renforcer les activités permettant de répondre aux soucis des responsables nationaux, par le biais d'un observatoire mis en place pour suivre les progrès accomplis dans le programme "Education pour tous en l'an 2000".
"Cet observatoire répond aux besoins exprimés par les pays de la communauté internationale d'un système régulier d'informations éducatives permettant d'opérer un suivi utile pour la définition des choix politiques", a dit M.
Larrizo.
En outre, ces informations devront servir de système d'alerte susceptibles de réorienter les politiques nationales lorsqu'il apparaît que les objectifs fixés risquent de ne pas être atteints", a-t-il ajouté.
Le séminaire de Libreville, qui regroupe plus d'une trentaine de délégues venus de France, d'Afrique de l'ouest, du centre et de l'Océan Indien, s'achève vendredi.

24 avril 2001 11:55:00




xhtml CSS