Vers la fermeture des cantines scolaires au Congo

Brazzaville, Congo (PANA) - Les cantines scolaires, mises en œuvre en 2002 par l’ONG américaine Partenariat international pour le développement humain (IPHD), le gouvernement congolais et le Programme alimentaire mondial (PAM), sont sous la menace de fermeture, faute de fonds de contrepartie de l’Etat congolais, rapporte vendredi la presse locale.

Ces cantines scolaires, qui sont un programme d’assistance scolaire et de protection sociale, avaient été initiées pour lutter contre la malnutrition, l’absentéisme des élèves pour cause de famine et l’amélioration de l’éducation.

Actuellement, le manque de financement a déjà conduit au retrait de certains organismes partenaires dont l’IPHD.

Selon des sources concordantes, l’IPHD s’est officiellement retiré dans certains départements du pays.

Mais, du côté du PAM, qui n’a pas encore officialisé son départ, les mêmes mouvements sont observés dans la partie Nord du Congo, le non paiement de la dette de 03 milliards de FCFA de l'Etat figurant parmi les raisons invoquées.

Pourtant, le ministre congolais de l’Enseignement primaire et secondaire, Anatole Collinet Makosso, a indiqué qu’il ne s’agissait pas d’un retrait.

"Les partenaires ne nous quittent pas. L’Etat se trouve parfois dans une difficulté de couvrir tous les besoins sociaux. Les cantines scolaires participent de cela, nous avons des accords avec des partenaires, mais l’Etat a une part importante, sa contribution est déterminante dans la mise en œuvre de ce partenariat avec l’IPHD et le PAM. Il arrive que du fait de la crise, les partenaires d’abord eux-mêmes et l’Etat puissent chercher à réduire leur coût de contrepartie", a expliqué M. Collinet Makosso.

Selon lui, la véritable raison est que les différentes parties ne sont plus à mesure de mobiliser autant de fonds comme par le passé.

Pour le cas du Congo, il s’agit, a dit le ministre, d’une forme de réduction de la dépense publique.

"Du fait de cette réduction de la dépense publique et des fonds de contrepartie tant pour le Congo que les partenaires, nous ne sommes peut-être plus à mesure de couvrir les cantines scolaires dans tout le pays. (..) Le PAM, tout comme l’IPHD, se disent que l’enveloppe qu’ils ont ne leur permet pas de nourrir les 250.000 élèves comme par le passé.

Le programme de cantines scolaires couvre actuellement 943 écoles primaires sur près de 2000 que compte le pays, pour un effectif de 258.706 élèves bénéficiaires, soit une couverture d’environ 41,6 pc. Les objectifs pour le Congo sont d’atteindre 94 pc d’écoles d’ici 2025. En 2016, le taux de couverture était de 165.000 élèves enfants dont 125.000 fiancés par le gouvernement congolais.

En effet, de 2002 à 2011, ce programme a été entièrement financé par le gouvernement américain à hauteur de 125 millions de dollars, soit plus de 60 milliards de FCFA.

Le Congo a pris le relais à partir de 2011 pour un financement de près de 25 millions de dollars, soit 12 milliards de FCFA.

Avec le PAM, le programme est mis en œuvre dans les département de la Bouenza, la Lékoumou et le Pool, au sud du pays, dans les Plateaux (centre), la Cuvette, la Likouala au nord du Congo.

En 2015, le PAM a fourni un repas chaud à plus de 95.000 enfants dans 574 écoles, grâce au financement du gouvernement congolais, du Japon et du Brésil.

Faute de ressources, l’agence onusienne a été contrainte de réduire son assistance à seulement 10.000 enfants pour l’année 2016/2017, avant de recevoir récemment un autre financement du gouvernement japonais.
-0- PANA MB/JSG/IBA 05mai2017

05 Maio 2017 11:44:27




xhtml CSS