Vers des pressions internationales sur les rebelles du Darfour

Paris- France (PANA) – Le ministre français des Af-faires étrangères, Bernard Kouchner, a ouvert lundi la réunion ministérielle du Groupe de contact élargi sur le Darfour en annonçant de nouvelles pressions internationales sur les mouvements rebelles soudanais, afin de les obliger à regagner la table des négociations.
"Les groupes rebelles soudanais sont maintenant au nombre de dix- neuf.
Nous devons exercer des pressions pour leur imposer de s’asseoir à la table des négociations", a-t-il.
S’adressant à la secrétaire d’Etat américaine, Condeleezza Rice, au Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et aux autres chefs de délégations présents, M.
Kouchner a défini les autres objectifs de la journée de discussions sur le Darfour.
"Il s’agit d’apporter un soutien politique aux efforts de l’Union africaine pour ramener la paix au Darfour.
Des initiatives ont été prises depuis de nombreuses années pour ramener la paix dans cette partie du monde", a expliqué le chef de la diplomatie française.
Pour lui, le niveau ministériel de la conférence en fait une étape "particulière et décisive" dans la recherche d’une solution à la crise que connaît depuis plusieurs années la région occidentale du Soudan.
"Nous allons aussi nous intéresser au déploiement de la force hybride Union africaine/ONU dont nous discuterons du financement.
Il y a déjà des soldats au Darfour, mais ils sont mal équipés et impayés.
Ce n’est pas en augmentant d’autres soldats impayés que nous résoudrons la crise", a averti M.
Kouchner.
Il a, par ailleurs, exhorté les participants à la réunion ministérielle à ne pas oublier les réfugiés du Darfour, estimant qu’ils "sont les plus mal lotis" de la crise.
"Nous ne devons pas oublier les réfugiés au Tchad et en Centrafrique qui vivent une situation très dramatique.
Pour les populations dans le désespoir et le dénuement, notre rencontre, votre présence, sont l’incarnation d’un brûlant espoir: celui de voir bientôt le terme de leurs souffrances", a encore dit le chef de la diplomatie française.
Organisée en l’absence de l’Union africaine et des principaux pays africains concernés (Centrafrique, Tchad et Soudan), la réunion ministérielle de Paris devrait s’achever lundi par l’annonce d’importants engagements financiers en faveur de la paix au Darfour.

25 juin 2007 11:59:00




xhtml CSS