Une réunion convient de la mise en place d'un plan de retrait des groupes armés de Tripoli

Tripoli, Libye (PANA) - La Mission d'Appui des Nations unies en Libye (UNSMIL) a annoncé  l'accord des parties participant à la rencontre de la ville de Zaouia (55 km à l'ouest de Tripoli), sur la mise en place "d'un plan pour le retrait des formations armées des sites souverains, des installations vitales et leur réoccupation par des forces régulières" six jours après la signature d'un cessez-le-feu entre les parties en conflit dans la capitale libyenne, Tripoli.

Les participants à la réunion ont également convenu, lors de la rencontre qui a eu lieu ce dimanche sous les auspices de l'Envoyé spécial de l'ONU et chef de l'UNSMUL, Ghassan Salamé, "de geler le mouvement des troupes et la création de mécanismes de surveillance et de vérification pour stabiliser le cessez-le- feu", selon la même source.

Ouvrant les travaux de la rencontre, l’Envoyé de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, a appelé à remédier à la situation dans la capitale, Tripoli, par la compréhension plutôt que par le combat, l’effusion de sang et la destruction de la ville.

Il a déclaré dimanche à la réunion de sécurité de Zaouia: "nous sommes à la croisée des chemins", demandant de laisser le temps aux militaires de s'entendre pour résoudre le conflit et mettre en place un mécanisme pour surveiller le cessez-le-feu.

L'Envoyé de l'ONU en Libye, Ghassan Salamé, a ouvert la réunion sur les arrangements de sécurité dans la ville de Zaouia.

Dans une publication sur le site officiel de la Mission, l'UNSMIL a indiqué que la réunion a regroupé une délégation des Nations unies, des représentants du Conseil présidentiel, le ministre de l'Intérieur, des officiers militaires et les chefs des différents groupes armés présents dans et autour de Tripoli pour discuter de la situation de sécurité dans la capitale.

La mission avait révélé plus tôt que la réunion vise à consolider le cessez-le-feu et la mise en place de mécanismes de surveillance et de vérification pour le stabiliser et commencer à discuter de mesures de sécurité appropriées à Tripoli.

Les deux principaux belligérants, le Bataillon 7 et la Brigade des Thowars de Tripoli, ont accepté cet accord de cessez-le-feu, s'engageant à en respecter les termes, une attitude qui a rendu optimistes les observateurs pour qui la trêve permet le déploiement des troupes d'interposition entre les deux camps.

L'accord stipule un cessez-le-feu et la fin des hostilités à Tripoli, protège les civils et respecte les droits de l'Homme, comme prévu dans la législation nationale et internationale et préserve l'inviolabilité de tous les biens publics et privés.  

Le document signé porte également sur la réouverture de l'aéroport de Maïtiga, dans la banlieue Est de Tripoli et de toutes les routes de la capitale qui y conduisent, ainsi que l'interdiction de toute action pouvant conduire à des affrontements armés.
-0- PANA  BY/TBM/IBA   09Sept2018

09 Setembro 2018 18:49:25




xhtml CSS