Une rencontre internationale mercredi pour réfléchir sur une paix durable au Liberia

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Une rencontre internationale, co-organisée par le Bureau d'édification de la paix du Liberia (PBO, sigle en anglais), l'Union africaine (UA) et l'Institut pour les études de sécurité (ISS), se tient, le 16 mai, à Monrovia, la capitale libérienne, pour réfléchir sur un mécanisme d'édification d'une paix durable, après le retrait de la Mission de maintien de la paix des Nations unies, annonce un communiqué conjoint des initiateurs.

Cette rencontre va réunir les partenaires locaux et internationaux qui vont plancher dans l'esprit d'une coopération Sud-Sud sur les contributions diverses de chaque partie prenante dans une action coordonnée pour atteindre les objectifs d'une paix durable au Liberia.

Selon le directeur exécutif du PBO, rattaché au ministère des Affaires intérieures, Edward Mulbah, "les expertises techniques et les renforcements de capacités qu'offrent les partenaires africains doivent être efficacement couplés avec les fonds généreux et les compétences des partenaires du Nord".

Il a noté que la rencontre allait examiner le rôle plus large dans l'édification de la paix au Liberia de l'UA, de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de la Banque africaine de développement (BAD) et des États régionaux de proue, comme le Nigeria, qui a octroyé des bourses d'études et a formé des médecins et des fonctionnaires libériens.

Le Représentant spécial de l'UA au Liberia, l'ambassadeur Ibrahim Kamara, a souligné que le Liberia avait besoin d'intensifier sa coopération aussi bien avec les pays d'Afrique de l'Ouest que les pays limitrophes.

"Dans le cadre du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), le Liberia peut efficacement développer les divers secteurs de son économie", a ajouté l'ambassadeur Kamara.

Pour la responsable des opérations de paix et d'édification de la paix de l'ISS, Annette Leijenaar, le défi majeur est que les plans de développement du Liberia n'ont pas été adéquatement mis en relation avec ceux d'édification de la paix, tout en relevant que bien que le nouveau plan d'édification de la paix reconnaisse le plein rôle de la CEDEAO, celui des autres partenaires comme la BAD n'a pas été pleinement exploré.

Les participants attendus à cette rencontre sont les représentants de la Suède, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, des organisations régionales africaines, des gouvernements et des institutions de financement du développement, telles que la BAD et la Banque mondiale.

Après les dernières élections générales de 2017, le Liberia amorce le chemin de la reconstruction et de la réconciliation, suite à deux décennies de guerre civile.

Grâce à l'appui des Nations unies et des partenaires multilatéraux et bilatéraux, le gouvernement libérien a élaboré un plan d'édification de la paix, qui a pour socle ses besoins prioritaires. Ce plan prend en compte les contributions de la CEDEAO et de la Banque mondiale.

Le Liberia dispose aussi d'une feuille de route stratégique pour la catharsis nationale, l'édification de la paix et la réconciliation.

De même, un nouveau plan de développement "Liberia Rising Vision 2030" a été conçu et est axé sur les actions pro-pauvres du gouvernement.
-0- PANA BAL/JSG/IBA 14mai2018

14 Maio 2018 12:22:54




xhtml CSS