Une radio privée s'implique dans la lutte contre les IST/SIDA

Cotonou- Bénin (PANA) -- La radio privée "Radio Tokpa", installée au marché international de Dantokpa envisage de s'impliquer dans la lutte contre les Infections sexuelles transmissibles (IST)/SIDA à travers une campagne d'information, d'éducation et de sensibilisation.
Dénommée "Opération halte au SIDA", cette campagne, qui durera une semaine, sera, selon la direction de la radio, une tribune pour plaider en faveur de la protection des jeunes.
A travers des émissions spéciales, analyses et commentaires, magazines d'éducation, débats, la radio compte atteindre un plus grand nombre d'auditeurs et surtout des jeunes qui, souligne-t-on, croient le plus souvent être suffisamment informés.
Des spécialistes de la santé, des IST/SIDA et de l'éducation sexuelle se relayeront, a-t-on précisé, sur les antennes de "Radio Tokpa" pour expliquer les effets désastreux de ce fléau.
Au Bénin, indique-t-on, le SIDA devient un problème de plus en plus préoccupant avec l'augmentation régulière du nombre de cas officiellement notifiés depuis le premier cas découvert en 1985.
On estime actuellement à 36.
000 le nombre des malades et à environ 80.
000 les personnes vivant avec le VIH/SIDA.
La proportion hommes-femmes touchées tend vers la parité, alors que jusqu'en 1996, elle était de deux hommes pour une femme.
Selon des sources officielles, 0,8% des cas de SIDA en 1999 étaient dus à une contamination lors d'une transfusion sanguine.
Une enquête menée sur toute l'étendue du territoire national et revélée par le Programme National de Lutte contre le SIDA (PNLS) a montré que le risque de transfusion était de 1 pour 300 poches de sang transfusées.
La transmission du VIH de la mère à l'enfant représente la deuxième voie de transmission (4%).
On rappelle que, au Bénin, 50 personnes sont infectées par jour, et la prévalence nationale de l'infection est estimée à 4,1% avec des variations allant de 1,4% dans le département de l'Atacora (Nord-Ouest) à 7,9% dans le département du Zou (centre).
Bien que la prévalence moyenne du VIH au sein de la population générale soit estimée à 4,1%, il existe, indique le PNLS, beaucoup de disparités selon l'espace et les groupes de population.

27 septembre 2001 10:00:00




xhtml CSS