Une passagère accusée de racisme s'excuse et rejette la faute sur le système éducatif de l'Apartheid

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - Une habitante de Johannesburg qui avait retardé un vol et suscité un tollé national après avoir été surprise en train d'envoyer un texto raciste a présenté des excuses et s'est expliquée.

Alochna Moodley a envoyé un texto raciste avec son smartphone après avoir embarqué sur un vol de la compagnie Kulula reliant Johannesburg à Durban le mois dernier.

Un passager noir avait signalé à l'équipage que cette dernière l'avait traité ainsi que le pilote de "kaffirs", la pire insulte raciale en Afrique du Sud. Alochna Moodley avait été débarquée et le vol retardé.

La résidente de Johannesburg de 26 ans a reconnu avoir envoyé le message, mais s'est offusquée que le passager qui l'a dénoncée l'ait lu.

Son entreprise, SMC Pneumatics, a confirmé son licenciement, en indiquant que le racisme n'était pas toléré dans ses locaux.

Suite à une médiation entre elle et le passager, le Révérend Solumuzi Mabuza, organisée par le responsable religieux, Rubin Phillip, Mlle Moodley a présenté des excuses publiques et justifié son comportement en l'attribuant au système éducatif de l'Apartheid.

Elle a expliqué que son programme scolaire "ne lui avait pas enseigné les atrocités de l'Apartheid". Elle a ajouté que ce programme faisait également abstraction des détails de l'oppression, en particulier des Noirs, dans ce pays.

"En cette période d'introspection, je me suis renseignée pour savoir pourquoi ce terme (kaffir) est si offensant.

M. Mazuba a déclaré que même s'il a accepté les excuses de Mlle Moodley, il ne comptait pas retirer sa plainte pour préjudice intentionnel car la "Justice doit suivre son cours".
-0- PANA CU/MA/FJG/JSG/IBA 04juil2018

04 july 2018 11:59:38




xhtml CSS