Une organisation de presse dénonce la "flagellation" de journalistes au Parlement libérien

Monrovia, Liberia (PANA) - L'Union de la presse du Liberia (PUL) a condamné jeudi les "violences cruelles" infligées aux journalistes par la chambre haute du Parlement libérien, le Sénat, mercredi 31 janvier dernier.

Le PUL, une organisation faîtière de journalistes libériens, a déclaré dans un communiqué que les professionnels des médias avaient convergé vers la Chambre du Sénat pour couvrir l'audience de confirmation du ministre de la Justice, Charles Gibson.

L'audition de confirmation du candidat à la présidence, M. Gibson, est devenue controversée parce que son permis de pratiquer le droit au Liberia a été suspendu par la Cour suprême pour "violations éthiques".

Le ministre de la Justice est Procureur général et Procureur général du gouvernement et doit être dûment qualifié pour comparaître devant la Cour suprême, l'arbitre final des questions juridiques.

Dans un communiqué, le PUL a déclaré que "la flagellation des reporters de première ligne est honteuse, anti-nationaliste et vise en particulier à affaiblir les progrès du pays dans la liberté d'expression et la protection des journalistes".

"Il n'y a absolument aucune justification à la violence dans le nouveau Liberia, à moins de mentionner l’incompétence des journalistes du Sénat comme des criminels de droit commun, laissant certains blessés", a déclaré Charles B. Coffey, président du PUL.

Il a indiqué que le syndicat portera l'affaire devant la plénière du Sénat libérien à travers son président, le vice-président du Libéria, Jewel Howard-Taylor, et le président Pro-Tempore, Albert Chie.

"Les journalistes ne sont pas des chiens fouettés et cet incident scandaleux porte plus atteinte à la réputation de notre pays, quand son profil est enrichi par le transfert réussi du pouvoir d'un gouvernement démocratiquement élu à un autre", a fait remarquer l'Union.

Des journalistes de différentes entités des médias se sont rassemblés au Sénat pour écouter l'audience de confirmation de la nomination du ministre de la Justice, M. Gibson, en raison d'une panne du système de sonorisation (AP) dans la salle depuis près d'un an.

La configuration qui permet aux journalistes d'enregistrer les délibérations du Sénat ou les débats de la salle pendant les sessions est inopérante depuis mars 2016.

Le système de sonorisation a été offert par l'Agence américaine pour le développement international (USAID). Le PUL a encouragé les journalistes à rester professionnels et à suivre les procédures de confirmation du ministre de la Justice et toutes les autres audiences de confirmation jusqu'à sa conclusion logique.

"Le peuple libérien mérite les informations et toute tentative de perturber ce service sacré à l'Etat sera vaincue par les adeptes de la démocratie", a souligné le PUL.
-0-   PANA  PTK/AR/MTA    01février2018

01 février 2018 20:33:49




xhtml CSS