Une opposition soudanaise prête à entrer dans le gouvernement

Khartoum- Soudan (PANA) -- Le leader de l'opposition soudanaise, le Dr Elsadiq Elshadi el-Madhi, qui s'est présenté à l'élection présidentielle de la semaine dernière sous la bannière du parti de la Ummah, a déclaré être prêt à se joindre à un Gouvernement d'unité nationale avec le Parti du Congrès National (NCP) au pouvoir, donné favori à l'issue du scrutin.
Contrairement à ceux qui dénoncent des fraudes massives, M.
El-Madhi, professeur en médecine à l'Université de Khartoum, a déclaré que l'opposition avait été défavorisée dès le départ par la négligence avec laquelle elle a géré l'inscription de ses partisans sur les listes électorales.
"L'opposition a négligé le processus d'inscription sur les listes électorales dont le NCP a pris le contrôle total", a déclaré M.
El- Mahdi, qui a reconnu sa défaite face au président sortant, Omar Hassan el-Béchir.
"Nous avons commencé à nous rendre compte de son importance longtemps après que le NPC a mobilisé ses partisans en prévision de cette difficile joute; nous avons pris trop de temps à sensibiliser nos sympathisants sur l'importance des élections", a-t-il expliqué, ajoutant que l'opposition ne disposait pas de ressources financières suffisantes pour se mesurer au NCP qui est au pouvoir depuis près de 25 ans.
"Ce qui est important désormais est que tous les partis politiques s'expriment d'une même voix.
Remporter ou perdre l'élection ce n'est pas ce qui compte", a déclaré le leader du Parti de la Ummah qui a rendu hommage au président el-Béchir qu'il a qualifié de "mobilisateur" et "homme du peuple".
La disponibilité de M.
El-Madhi à entrer dans le prochain gouvernement a été exprimée à peine deux jours après qu'un collaborateur du président de la République, M.
Nafle Ali Nafle, a déclaré que si le NCP l'emportait, il tendrait la main aux partis d'opposition.
M.
Nafle, qui réagissait aux demandes de l'opposition d'annuler le scrutin et de former un nouveau gouvernement d'unité nationale en attendant l'organisation de nouvelles élections, avait affirmé que "ceux qui réclament un gouvernement d'unité nationale demandent en fait au gouvernement du NCP de démissionner".
"Cela n'a pas de sens.
S'ils sont sérieux, qu'ils disent alors qu'ils n'accepteront pas les résultats du référendum", avait-t-il répliqué.
Les Soudanais ont voté du 10 au 15 avril, dans le cadre des premières élections multipartites survenues après plus de deux décennies et qualifiées de crédibles par les observateurs locaux et internationaux, malgré les nombreux problèmes logistiques et techniques.
La commission électorale nationale a déclaré que les résultats définitifs de ces élections présidentielle, législatives nationales et régionales seront annoncés vendredi prochain.
Bien que certains partis d'opposition aient boycotté le scrutin, sous prétexte que ses résultats étaient connus d'avance, plusieurs d'entre eux semblent acquis à l'idée d'entrer dans un gouvernement d'unité nationale.
Une coalition de partis d'opposition se faisant appeler l'Alliance Juba a promis d'organiser des manifestations, pour obliger le prochain gouvernement à démissionner, au motif que le scrutin est truffé d'irrégularités qui discréditent le résultat final.

18 avril 2010 11:19:00




xhtml CSS