Une mission de l'ONU au Niger pour faire le point sur la menace terroriste

Niamey, Niger (PANA) - Une délégation du Comité des Nations unies contre le terrorisme conduite par la sous-secrétaire générale et directrice exécutive de ce comité, Mme Michelle Coninsx, séjourne au Niger pour s’enquérir de la situation sécuritaire au Niger.

La délégation a eu un entretien mercredi avec le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses, M. Mohamed Bazoum, avant de se retrouver pour une réunion au ministère des Affaires Etrangères.

La visite de Mme Michelle Coninsx à Niamey permettra aux autorités nigériennes de lui fournir, d'une part, des explications détaillées sur la nature exacte de la menace terroriste dans le pays à travers des exposés présentés par les différentes structures en charge de la question sécuritaire, et, d'autre part, faire le point de l'état de mise en œuvre des recommandations formulées à l'endroit du Niger, en lien avec les résolutions des Nations unies.

La bande sahélo-saharienne est marquée par des bouleversements profonds et douloureux liés à la menace terroriste, indique-t-on au ministère nigérien en charge de la sécurité. Les tensions sécuritaires observées dans cette bande ont débuté en 2011 avec la désintégration de l'Etat en Libye, accélérant la déstabilisation du Nord Mali en 2012. Du coup, en raison de sa position dans cet espace, le Niger se trouve confronté à des défis sécuritaires caractérisés par le terrorisme et la criminalité transfrontalière.

En ouvrant les travaux de cette réunion, le ministre de l'Intérieur, de la
Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses a relevé que l'imbrication entre ces deux phénomènes a permis l'établissement des sanctuaires au profit des groupes criminels. A titre illustratif, on peut citer les zones frontalières entre le Niger et la Libye ; entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, et dans le bassin du Lac Tchad que le Niger a en partage avec le Nigeria, le Tchad et le Cameroun.

Ainsi, situé au centre de ces trois foyers de tensions et de menaces graves de par leur nature et leur soutien dans le temps, le Niger s'est efforcé, sous la conduite du Président Issoufou Mahamadou, de trouver les solutions indispensables pour sa sécurité et sa stabilité. Les dispositions prises par l'Etat du Niger, a dit le ministre d'Etat, sont destinées à concilier la sécurité des personnes et des biens avec les exigences de respect des principes fondamentaux des droits humains, conformément aux conventions internationales que le pays a librement ratifiées.

C'est ainsi qu'en plus de la prompte réponse militaire qui sied à l'urgence, les autorités nigériennes ont allié la réadaptation et la mise à jour du cadre légal et institutionnel en vue de concilier nécessité sécuritaire et respect des droits et libertés fondamentales de la personne humaine.

A ce niveau, les réformes opérées dans le code pénal ; le code de procédure pénale ; l'innovation sur le régime juridique spécial consacré aux enfants mineurs engagés aux côtés des forces terroristes ainsi que la promulgation de la loi du 31 octobre 2016 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, illustrent la mise en conformité des textes en la matière.

Le ministre d'Etat Mohamed Bazoum devait ensuite souligner que les menaces liées au terrorisme et à la criminalité transnationale organisée dans la bande sahélo-saharienne sont une réalité terrible. « Ce sont des menaces contre l'existence même des Etats et des institutions dans l'espace sahélien. Les terroristes gagnent du terrain en raison de l'extrême porosité de nos frontières », a-t-il dit. C'est, conscient de tous les facteurs liés à l'existence des mouvements terroristes et à leur financement, que le Conseil de sécurité des Nations unies a pris les résolutions 1373, 2178 et 2396 pour engager les Etats à combattre les réseaux d'approvisionnement des groupes terroristes.

Pour sa part, la sous-secrétaire générale et directrice exécutive du comité contre le terrorisme des Nations unies a indiqué qu'elle est venue au Niger pour échanger avec les autorités nigériennes sur la nature de la menace terroriste, les défis liés à cette menace et les réponses envisagées par le Niger afin de voir comment les Nations unies peuvent lui venir en aide.

« Le Niger est un pays phare dans la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. L'engagement du Niger à lutter efficacement contre le terrorisme n'est plus à démontrer au regard des dispositions qui ont été prises à cet effet », a relevé Mme Michelle Coninsx.

« Etant donné que la population du Niger est jeune, il faudra se concentrer sur les perspectives à offrir à ces jeunes pour éviter les problèmes de criminalité, de radicalisation et de terrorisme », a conclu la sous-secrétaire générale et directrice exécutive du comité contre le terrorisme des Nations unies.
-0- PANA SA/BEH/SOC 11juil2018


11 يوليو 2018 18:27:48




xhtml CSS