Une flamme de l'espoir pour la Conférence mondiale

Le Cap- Afrique du sud (PANA) -- A deux semaines de l'ouverture du Sommet mondial contre le Racisme prévu à Durban, les Sud Africains ont été appelés à marquer leur opposition au racisme en allumant des cierges, des flambeaux ou des lanternes et en circulant les phares allumés mardi prochain.
Cette opération vise à montrer l'engagement du pays à la tolérance, en prélude à la conférence mondiale prévue du 28 août au 7 septembre, a indiqué lundi, le vice-ministre des Affaires étrangères, M.
Aziz Pahad.
"Si chaque Sud Africain participe à cet évènement, une fois de plus, nous montrerons à la face du monde que nous sommes engagés dans la lutte pour un meilleur monde pour tous", a-t-il ajouté.
Le programme gouvernemental sous le thème "Tolérance et Diversité : Une vision pour le 21ème siècle", vise à assurer une plus grande mobilisation et une meilleure communication autour de la Conférence mondiale contre racisme.
Mardi prochain, les maires des municipalités du pays vont allumer la flamme après une marche à travers les villes.
La flamme brûlera jusqu'à la fin de la conférence.
Des personnes de différentes sensibilités politiques prendront la parole au cours de meetings organisés au niveau national.
"Nous invitons tous les Sud Africains, noirs et blancs de toutes les couches sociales, à se joindre à cet évènement de l'espoir.
Nous invitons les églises à faire sonner les cloches à midi en solidarité avec la population.
Les automobilistes sont aussi invités à allumer les phares à l'image des autres sud africains", a dit M.
Pahad.
Il a encouragé les municipalités et organisations à entreprendre des activités pour informer les populations sur la Conférence mondiale contre le Racisme.
"Faisons de la tolérance et de la diversité la vision du 21ème siècle à travers cet évènement national organisé par nos maires et leaders communautaires", a ajouté le ministre.
Une "Marche mondiale contre le Racisme" est prévue le 1er septembre à Durban.
M.
Pahad a exhorté à une organisation pacifique des manifestations afin que les questions soient bien soulevées par les médias et les autres acteurs.
Près de 12 000 délégués, dont des chefs d'Etat et des ministres sont attendus à la conférence, la troisième du genre organisée par l'ONU après celles de 1978 et de 1983 à Genève.

14 août 2001 13:57:00




xhtml CSS