Une ONG libyenne s'insurge contre un ministre italien

Tripoli- Libye (PANA) -- La Fondation Kadhafi pour le développement a vigoureusement condamné les déclarations du ministre italien des Réformes constitutionnelles, Roberto Calderoli, appelant "à l'utilisation de la force contre les musulmans et à l'intervention du pape Benoît XVI en vue d'organiser de nouvelles croisades contre les musulmans".
Dans un communiqué, l'ONG libyenne estime que les propos du ministre italien "incarnent une position méritant la dénonciation et la condamnation du monde entier étant donné qu'elles émanent d'un esprit croisé haineux qui n'a pas su assimiler les leçons de l'histoire qui nous a appris qu'il n'y a plus de place pour les guerres et les confrontations entre les humains ni entre les adeptes des diverses religions du monde".
"Les relations humaines doivent être bâties sur le respect, la compréhension et la coexistence pacifique dans l'édification de la civilisation humaine universelle", souligne la Fondation.
"La provocation des conflits, l'utilisation de la force ou la menace de son usage ne peuvent émaner d'un esprit sage.
Elles dévoilent une folie, une haine et une envie de destruction qui nuira en premier lieu à ses auteurs", ajoute-t-elle, affirmant qu'elle ne peut que "rejeter cette logique et ces incitations".
La Fondation Kadhafi pour le développement appelle toutes les organisations et institutions internationales à adopter une position appropriée face aux déclarations du ministre italien.
Elle invite le gouvernement italien "à les condamner, à demander des comptes à leur auteur et à le traduire devant la justice".
L'ONG libyenne a adressé un appel particulier au pape Benoît XVI pour qu'il "adopte une position historique surtout que les relations entre L'Islam et le Christianisme ont connu un grand développement résultant d'un dialogue commun et d'une compréhension mutuelle après des siècles de contradictions et de confrontations dont les pires épisodes furent les guerres menées par les Francs contre les Arabes et qualifiées à tort par les croisades".
Selon le communiqué, la Fondation est convaincue que le pape rejettera et condamnera les déclarations du ministre italien qui agit non seulement en vue "de nous rappeler ces guerres mais aussi pour appeler le pape à les reprendre".

12 février 2006 16:36:00




xhtml CSS