Une ONG demande à Washington de protéger les citoyens du Darfour

Dakar- Sénégal (PANA) -- Une ONG internationale, Africa Action, a demandé jeudi aux Etats-Unis de "redoubler leurs efforts diplomatiques pour obtenir le déploiement immédiat d'une force de maintien de la paix dirigée par l'ONU pour protéger la population du Darfour".
L'ONG a indiqué que les négociations entre les leaders rebelles et le gouvernement du Soudan, qui doivent commencer samedi en Libye, étaient une étape importante du processus de réconciliation politique devant accompagner une opération efficace de maintien de la paix.
Elle a cependant ajouté que le boycott du Mouvement justice et égalité (MJE) et de six autres groupes rebelles était une menace pour ces négociations.
Dans un communiqué de presse, Africa Action souligne que sans des pressions constantes exercées sur toutes les parties par les Etats- Unis et la communauté internationale, les négociations en Libye ne parviendront pas à la paix souhaitée.
"La communauté internationale doit tirer les leçons de l'accord politique de mai 2006", a déclaré Marie Clarke Brill, la directrice exécutive intérimaire d'Africa Action, en soutenant que "loin d'être des priorités s'excluant mutuellement, le maintien de la paix et un processus de paix politique doivent aller main dans la main".
Elle a rappelé que la violence avait connu une escalade ces dernières semaines, faisant de nombreuses victimes parmi les civils et les travailleurs de l'aide humanitaire, suite aux assauts contre les villes et les camps de réfugiés dans l'ouest et le sud du Darfour.
Vu la réalité du fait qu'il faudra du temps pour que les négociations politiques progressent, Africa Action a insisté sur l'urgence de mettre en oeuvre la Résolution du Conseil de sécurité de l'ONU 1769, qui prévoit le déploiement d'une opération de maintien de la paix dirigée par l'ONU.
Mme Brill a allégué que le gouvernement soudanais faisait en sorte de retarder le processus de paix ou d'affaiblir les capacités opérationnelles de la force et de réduire son mandat.
Africa Action a fait remarquer que les civils au Darfour avaient de moins en moins confiance dans les soldats de l'Union africaine comme conséquence des récents évènements incluant la destruction de la ville du sud du Darfour d'Haskanita par les forces gouvernementales.
Pour que ces soldats fassent leur travail correctement, la population du Darfour doit se sentir protégée par ces forces internationales, selon Mme Brill.

25 octobre 2007 16:15:00




xhtml CSS