Un responsable de l'Unesco affirme que le respect des droits de l'homme est vital pour le développement durable

Banjul, Gambie (PANA) - Pour les pays qui veulent assurer une paix et un développement durables, les droits de l'homme doivent être respectés et les personnes doivent être libres de chercher, recevoir et transmettre des connaissances et des informations sur tous les médias, selon le directeur du bureau régional de l'Unesco pour l'Afrique de l'ouest.

« Un journalisme de qualité permet aux citoyens de prendre des décisions éclairées sur leur société et sur leur contribution au développement. Il travaille également à dénoncer l'injustice, la corruption et l'abus de pouvoir ", a déclaré Chang mercredi à Banjul, lors de la livraison de matériel de presse fourni par l'Union européenne au projet de renforcement des capacités des médias gambiens.

Le projet s'inscrit dans le cadre d'un programme de gouvernance de plus de 10 millions d'euros financé par l'Ue couvrant plusieurs composantes telles que l'accès à la justice et à l'éducation juridique, le journalisme et les médias et la gestion des finances publiques.

Les principaux bénéficiaires de ce projet sont les maisons de presse, les journaux, les radios communautaires, la Gambia Press Union et l'école de journalisme de l'Université de Gambie.

Chang a déclaré que l'Unesco s'attendait avec intérêt à accompagner le ministère de l'Information et de la Communication de Gambie dans la promotion d'un paysage médiatique dynamique.

Attil Lajos, ambassadeur de la délégation de l'Union européenne en Gambie, a déclaré : "Une presse critique, indépendante et d'investigation est la pierre angulaire de la démocratie".

Soulignant la liberté de la presse contre l'ingérence de l'Etat, il a déclaré que les médias «doivent avoir la force économique pour résister à la félicité des fonctionnaires et doivent avoir une indépendance suffisante des intérêts acquis pour être audacieux et demander sans crainte et jouir de la protection de la Constitution".

Selon Lajos, le projet favorisera l'excellence du journalisme et des programmes d'études novateurs, car soutenir l'enseignement du journalisme est un élément important du développement d'un média libre et indépendant, qui renforce également l'égalité des sexes.

Pour sa part, Fatou Kinneh-Jobe, secrétaire permanente au ministère de l'Information et de la Communication, a déclaré que la Gambie s'apprêtait à profiter de la déclaration du Président Adama Barrow selon laquelle "les médias publics et privés jouiront de la liberté de diffuser des opinions divergentes comme exigé par la constitution".

Elle a félicité l'Ue et l'Unesco pour le renforcement des médias et de l'école de journalisme de l'Université de Gambie ainsi que des médias numériques.
-0- PANA MSS/AR/MTA/BEH/SOC 22fév2017

22 february 2017 19:00:20




xhtml CSS