Un rapport conjoint ONU/UA montre que les femmes et les filles en Afrique sont ignorées dans la lutte contre le VIH/SIDA

New York, Etats-Unis (PANA) – Malgré les progrès réalisés dans la réponse mondiale à la pandémie du SIDA au cours des dernières décennies, les jeunes femmes et filles en Afrique sont encore laissées en rade, selon un nouveau rapport conjoint de l'ONU et de l'Union africaine (UA).

Dans un communiqué publié mercredi sur le rapport, le Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) a annoncé que la région au sud du Sahara, les maladies liées au SIDA demeurent la principale cause de décès chez les femmes et les filles en âge de reproduction.

L'ONUSIDA a souligné qu'en 2013, 74 pour cent de nouvelles infections au VIH ont été signalées chez les jeunes adolescentes africaines.

Les jeunes femmes et les adolescentes ont attrapé le VIH en moyenne cinq à sept ans avant les jeunes hommes, et dans certains pays de la région, la prévalence du VIH au sein de cette population peut être sept fois celle des hommes.

L'ONUSIDA et l'Union africaine ont publié un document conjoint intitulé: "Autonomiser les jeunes filles et les adolescentes. Accélérer la fin de la pandémie du SIDA en Afrique", pour guider le plaidoyer au niveau régional et mondial et informer le dialogue politique sur la prévention et le traitement du VIH chez les femmes et les adolescentes.

-0- PANA AA/AR/ASA/TBM/SOC  10juin2015

10 juin 2015 21:08:09




xhtml CSS