Un proche de Muamba soutient la décision de François Hollande de se rendre à Kinshasa

Paris, France (PANA) – Le coordinateur en France de l’Alliance pour le développement de la République (ADR), Ferdinand Lufete, a exprimé vendredi à Paris son soutien à la décision du président français, François Hollande, de participer au 14ème Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), prévu du 12 au 14 octobre prochain à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC).

"Le Sommet de l’OIF concerne l’ensemble des Congolais; ce n’est pas une affaire de Joseph Kabila. Ce Sommet est une chance pour notre pays, nous ne pouvons pas le refuser", a argumenté, dans un entretien avec la PANA, M. Lufete, bras droit de François Muamba, ancien Secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC, opposition).

Le coordinateur de l’ADR en France a par ailleurs rappelé que le Sommet de la Francophonie avait été une première fois délocalisé de la RD Congo à la suite des massacres d’étudiants perpétrés en 1990 à Lubumbabashi, dans l’Est du pays.

"La RD Congo ne peut se permettre de rater cette occasion d’accueillir tant de monde", a poursuivi M. Lufete qui a reconnu cependant de graves violations des droits de l’Homme et des atteintes à la démocratie dans son pays.

Selon lui, l’ADR, fondée par François Muamba après ses démêlés avec Jean- Pierre Bemba, président du MLC, prône une opposition responsable qui défend la démocratie et les droits de l’Homme par des moyens pacifiques.

"Le Congo connaît de graves violations des droits de l’Homme et l’affaire Floribert Chebeya illustre bien cette situation. Mais, nous à l’ADR, plate-forme associant acteurs politiques et militants de la Société civile, nous estimons que nous devons améliorer cette situation exclusivement grâce à des moyens pacifiques", a-t-il martelé.

Il a par ailleurs vivement critiqué l’action entreprise dans l’Est de la RD Congo par le M23, accusant le mouvement rebelle d’être à la solde du Rwanda.

"L’ADR a proposé que le Commandement militaire américain pour l’Afrique (AFRICOM) participe à la neutralisation des troupes négatives comme le M 23. Car, nous estimons que cette rébellion est manipulée par le Rwanda. Nous attendons également que la France apporte sous Hollande son soutien aux démocraties en Afrique", a encore dit  M. Lufete.

En dépit des vives critiques de nombreuses ONG et des réticences d’une partie de son entourage, le président Hollande a annoncé le 28 août dernier qu’il se rendra au Sommet de la Francophonie à Kinshasa.

Il a assuré qu’il mettrait à profit cette occasion pour rencontrer les opposants au président congolais, Joseph Kabila, les acteurs de la Société civile et ses pairs présents au 14ème Sommet, le premier à se tenir en terre africaine depuis celui de Ouagadougou en 2004.
-0- PANA SEI/JSG/IBA 07sept2012

07 septembre 2012 11:36:57




xhtml CSS