Un plasticien béninois appelle à un hommage à la diaspora noire

Cotonou- Bénin (PANA) -- L'oeuvre 'Trône du retour' exposée dans le cadre du festival Gospel et Racines ouvert dimanche dernier à Cotonou, au Bénin, est une invitation lancée par le plasticien béninois, Julien Dégan, aux Africains du continent "à rendre un hommage mérité à leurs frères de la diaspora, pour leur courage et leur combativité".
Ce trône fait de capsules dorées, de toile rouge (symbole de courage) et surmonté d'un masque féminin avec tous les attributs de la royauté, traduit, selon l'artiste, la reconnaissance des Africains à leurs frères déportés et qui ont su dignement représenter l'Afrique.
Le masque féminin est inspiré de la tradition Yorouba, dans laquelle la femme est au coeur de tous les pouvoirs.
"Quoique discrète, elle est puissante et protège toujours le pouvoir mâle", a expliqué l'artiste.
"Le 'Ayizan' (divinité des marchés en pays fon), qui figure en bonne place sur le trône, symbolise la réconciliation que nous devons entretenir", a encore dit M.
Dégan.
"Les frères de la diaspora, qui ont traversé des tragédies et sauté des obstacles avant de se retrouver sur la terre de leurs aïeux, méritent à ce titre tous les honneurs", a ajouté le plasticien qui estime qu'il est un devoir pour "les Africains d'Afrique de les anoblir et de les installer sur un trône afin de les encourager à revenir au bercail".
"Les candidats au retour ne sont pas des étrangers à détruire ou à escroquer, et tous les hommages ne suffiraient pas pour rendre compte de leur bravoure", a conclu cet artiste qui est aussi professeur d'anglais dans un collège béninois.
'Processus du dialogue', 'Tribulations du genre humain', autres oeuvres du même auteur, exposées au Palais des congrès de Cotonou, participent de l'idéal pour une réconciliation effective prônée par cet artiste qui organise, depuis quelques années, une campagne de ramassage de capsules de boissons dont il se sert pour réaliser ses oeuvres.

17 août 2003 14:06:00




xhtml CSS