Un plan de sortie de la crise post-électorale en RDC soumis au 18ème sommet de l’UA

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) – Un plan de sortie de la crise post-électorale en République Démocratique du Congo (RDC), prévoyant un recomptage des voix, a été soumis au 18ème sommet de l’Union africaine (UA) qui se poursuit lundi à Addis-Abeba, a appris la PANA auprès d'une délégation de l’opposition congolaise venue dans la capitale éthiopienne.

Le plan de sortie de crise, signé par plusieurs partis de l’opposition parmi lesquels l’Union pour la démocratie et le progrès social (UPADS) de Etienne Tshisekedi et l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamhere, demande à l’Union africaine de désigner un médiateur pour discuter avec toutes les parties congolaises d’un consensus de sortie de la situation post-électorale.

Les opposants congolais suggèrent également de comparer les résultats de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à ceux des candidats et des observateurs internationaux.

"Il faut organiser une nouvelle élection présidentielle au cas où l’opération de recomptage des voix s’avère difficile", propose le plan de sortie de crise qui demande la reprise des élections législatives seulement dans les circonscriptions électorales où il y a des contestations.

Pour l’opposition congolaise, la sortie de crise passe par la désignation d’une nouvelle personnalité consensuelle à la tête de la CENI dont la composition devra être revue.

"La majorité des forces politiques du changement et de la société civile désigneront chacune deux personnes pour les représenter au sein du Bureau de la CENI, dont toutes les fonctions administratives et financières seront confiées à la MONUSCO (Mission des Nations unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo", ajoute le document.

Il propose par ailleurs de procéder au nettoyage du fichier électoral et à la publication des listes électorales conformément à la loi et de requérir la participation des experts africains et internationaux à toutes les phases du processus.

La RDC est confrontée à une grave crise post-électorale depuis la présidentielle du 28 novembre dernier, à l’issue de laquelle le président sortant Joseph Kabila a été déclaré vainqueur par la Cour suprême.

Contestant la réélection de M. Kabila, l’opposant historique, Etienne Tshisekedi, s’est autoproclamé vainqueur du scrutin puis a prêté serment à son domicile à Kinshasa.

Les crises en Afrique figurent en bonne place sur l’agenda du 18ème sommet de l’UA qui se poursuivait lundi dans la soirée dans la capitale éthiopienne.

-0- PANA SEI/TBM/SOC  30janvier2012

30 janvier 2012 18:12:24




xhtml CSS