Un pasteur, sa belle-fille et son enfant enlevés dans le Nord du Burkina Faso relâchés ce jeudi (Corrigé)

Ouagadougou, Burkina Faso (PANA) – Trois personnes, un pasteur, sa belle-fille et son enfant, enlevés dimanche dernier à Kountougou, une localité située à 125 km de Djibo, chef-lieu de la province du Soum, dans le Nord du Burkina Faso, ont été relâchés ce jeudi, a appris le même jour la PANA de source locale.

« Nous avons reçu la nouvelle de leur libération et tout le village est content actuellement », a brièvement déclaré à la PANA, un membre de son église sans plus de précisions.

Aucune réaction officielle n’a été enregistrée ce jeudi dans la soirée.

"Le guide spirituel protestant a été enlevé avec les membres de sa famille par des individus armés qui circulaient à moto", avait expliqué dimanche dernier à la PANA, un enseignant de la localité, sous le couvert de l’anonymat, ajoutant que "les ravisseurs se sont dirigés vers le Mali".

Le Nord du Burkina Faso est tombé depuis 2015 dans un cycle d’attaques terroristes et d’enlèvements.

Le 21 mai dernier, Mathieu Ouédraogo, un catéchiste burkinabè et son épouse ont été enlevés par des hommes armés enturbannés à la Paroisse Notre Dame des Apôtres d’Arbinda, localité située à 100 km de Djibo, dans la province du Soum, dans le Nord du pays, rappelle-t-on.

Selon l’ONG Human Rights Watch, les travailleurs du secteur de l'éducation ont fait état d’une série de menaces, d’intimidations et d’attaques contre des écoles et des enseignants par des islamistes armés dans la région du Sahel, notamment l'enlèvement d'un enseignant et le meurtre d'un directeur d'école.

Cela a conduit à la fermeture d'au moins 219 écoles primaires et secondaires, laissant environ 20.000 élèves dans la rue.

L’ONG estime, en outre, que les populations du Nord du Burkina Faso, en proie au terrorisme, sont à la fois maltraitées par les terroristes et l’armée nationale, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
-0- PANA NDT/IS/SOC 07juin2018

07 juin 2018 20:51:04




xhtml CSS