Un membre du Comité directeur défend le NEPAD

Banjul- Gambie (PANA) -- Un membre du Comité directeur du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), Isaac Aluko-Olokun, a estimé, dimanche, que ce programme "est bien en vie, malgré les accusations croissantes d'inefficacité dont il fait l'objet".
Dans un entretien accordé à la PANA à Banjul où se tient le 7ème sommet de l'Union africaine (UA), M.
Aluko-Olokun a affirmé que les critiques formulées contre le programme sont le fait d'une mauvaise compréhension de ses objectifs.
"Le NEPAD n'est pas un organisme d'exécution.
Il a pour mission de faciliter et de créer l'environnement susceptible de retenir l'intérêt des investisseurs", a-t-il indiqué.
"Les exécutants (des politiques du NEPAD) sont les Commissions économiques régionales (CER) et les ministères des Etats membres de l'UA", a encore ajouté M.
Aluko-Olokun, qui est par ailleurs conseiller spécial du président nigérian sur les questions touchant au NEPAD.
Tentant d'expliquer le NEPAD, il a qualifié le programme, lancé pour accélérer le développement socio-économique de l'Afrique, de "concept et de philosophie".
"Il représente une collection des aspirations des Africains telles qu'exprimées par leurs dirigeants pour prétendre à des avancées au cours du 21ème siècle, l'autonomie ayant été identifiée comme l'un de ses principaux thèmes", a encore expliqué M.
Aluko-Olokun.
"Il s'agit tout simplement d'une réorientation des valeurs, qui constitue un domaine-clé de ce programme, qui nous enjoint de réaménager nos valeurs, de lutter contre la corruption et de se préoccuper de leur sort mutuel", a noté le responsable du NEPAD.
Le NEPAD compte parmi ses plus virulents critiques l'un de ses pères fondateurs, le président Abdoulaye Wade du Sénégal, qui l'a qualifié d'échec en plusieurs occasions.
Cependant, le responsable du Comité directeur a indiqué que le NEPAD a enregistré quelques succès, notamment dans les domaines de l'allègement de la dette et dans la promotion de la bonne gouvernance par le biais du Mécanisme africain d'évaluation par les pairs (MAEP).
"Le MAEP est l'étendard du NEPAD et il est l'un des moyens par lesquels les dirigeants africains s'attaquent aux problèmes liés à la mal gouvernance", a-t-il déclaré.
M.
Aluko-Olokun a relevé que trois pays (Ghana, Kenya et Rwanda) ont fait l'objet d'une évaluation par les pairs, une procédure qui permet aux pays africains de bénéficier d'une assistance dans les domaines dans lesquels des faiblesses ont été constatées.
Il a révélé que 25 pays avaient jusqu'ici adhéré au Mécanisme, l'Afrique du Sud, l'Algérie, le Nigeria et le Malawi étant les prochains sur la liste des pays devant faire l'objet d'une évaluation.

02 juillet 2006 17:05:00




xhtml CSS