Un jeune leader nigérian déclare que la guerre contre le VIH/SIDA est loin d'être gagnée

Dakar, Sénégal (PANA) – Gabriel Adeyemo, un jeune leader du Nigeria qui prend part au quatrième sommet panafricain des jeunes leaders sous l'égide des Nations unies qui se déroule actuellement à Dakar, au Sénégal, a déclaré que malgré les progrès significatifs réalisés à travers le monde contre le VIH/SIDA, la bataille est cependant loin d'être gagnée.

''Malgré les progrès significatifs réalisés au cours des 30 dernières années, plus de 3.000 jeunes (âgés entre 15 et 24 ans) nouveaux infectés son enregistrés chaque année'', a déclaré  Adeyemo, qui a ajouté: ''D'après les estimations de l'ONUSIDA, les jeunes représentent 42% des nouvelles infections au VIH chez les adultes (âgés de 15 à 49 ans) en 2010''.

Il a également souligné qu'environ cinq millions de jeunes à travers le monde vivent avec le VIH/SIDA.

''Plusieurs d'entre eux qui ont droit au traitement n'ont pas accès ou ignorent leur statut. Une génération de jeunes personnes nées avec le VIH grandit avec des besoins spécifiques en santé de la reproduction qui demeurent très largement ignorés'', a-t-il ajouté.

Il a rappelé que dans la Politique de Déclaration sur le VIH/SIDA, adoptée par l'Assemblée générale de l'ONU en juin 2011, les leaders du monde avaient fixé de nouveaux objectifs ambitieux à atteindre pour la réponse au SIDA d'ici 2015.

Ces objectifs, a-t-il ajouté, portent sur la la réduction de 50% de la transmission sexuelle du VIH en offrant un traitement à 15 millions de personnes avec le VIH et l'élimination de la stigmatisation et la discrimination contre les personnes vivant avec et souffrant du VIH.

''Lorsque nous parlons de mettre un terme à l'épidémie du SIDA, il est important de ne pas oublier d'où nous avons commencé. Nous ne pouvons pas oublier comment le VIH/SIDA a failli détruire la société africaine il y a de cela juste plus d'une décennie'', a-t-il souligné.

''Les enseignants, les infirmiers et les soldats meurent tous les jours. Les adolescents et les jeunes deviennent des orphelins à un rythme effréné. L'espérance de vie dans certains pays a chuté à 40 ans. Tous ces faits uniformisent notre vision aujourd'hui'', a ajouté Adeyemo.

-0- PANA MLJ/VAO/ASA/TBM/SOC 15jan2014

15 janvier 2014 20:53:37




xhtml CSS