Un groupe de défense des droits de l'homme affirme que les enfants détenus en Somalie sont victimes d'abus

Washington, Dc, Etats-unis (PANA) - Les autorités somaliennes arrêtent illégalement et parfois, poursuivent devant les tribunaux militaires des enfants soupçonnés d'appartenir au groupe armé islamiste Al-Shabab, a déclaré Human Rights Watch, dans un rapport publié mercredi.

Le rapport de 85 pages, "C'est comme si nous étions toujours en prison : Abus envers les garçons accusés d'infractions de sécurité nationale en Somalie", détaille les violations de procédure et les autres abus depuis 2015 contre les garçons en détention pour des infractions présumées liées à Al-Shabab.

Un résumé du rapport sur le site internet du surveillant des droits de l'homme a indiqué que le gouvernement fédéral somalien avait promis de remettre rapidement les enfants capturés à l'agence des Nations unies pour la protection de l'enfance (UNICEF) pour réhabilitation.

Toutefois, a-t-il ajouté, la réponse des autorités nationales et régionales de la Somalie a été incohérente et a parfois violé le droit international des droits de l'homme.

La capture par le gouvernement de 36 enfants d'Al-Shabab le 18 janvier 2018 a nécessité une semaine de négociations impliquant l'ONU et les défenseurs de la protection de l'enfance pour mettre au point des procédures pour les traiter.

"Les enfants qui ont souffert sous Al-Shabab se retrouvent à risque de maltraitance et de privation sous la garde du gouvernement", a déclaré Laetitia Bader, chercheuse senior pour l'Afrique à Human Rights Watch et auteur du rapport. "L'approche hasardeuse du gouvernement et parfois même abusive nuit aux enfants et aggrave la peur et la méfiance à l'égard des forces de sécurité".

Human Rights Watch a interrogé 80 enfants auparavant associés à Al-Shabab, des garçons précédemment détenus par les services de renseignement, des avocats, des défenseurs de la protection de l'enfance et des représentants du gouvernement; mené des recherches sur les procédures judiciaires militaires et visité deux prisons.

Selon l'ONU, depuis 2015, les autorités ont détenu des centaines de garçons soupçonnés d'être illégalement associés à Al-Shabab.

La Somalie est tenue, en vertu du droit international, à reconnaître la situation particulière des enfants, définis comme toute personne de moins de 18 ans, recrutés ou utilisés dans des conflits armés, y compris dans des activités liées au terrorisme et de faciliter leur réadaptation.

Les enfants qui participent à des groupes armés peuvent être jugés pour des crimes graves, mais les procédures judiciaires doivent être conformes aux normes de la justice pour mineurs et des mesures non judiciaires doivent être envisagées.

Human Rights Watch a déclaré que les autorités somaliennes n'ont pas traité les affaires de sécurité concernant les enfants de manière cohérente. Alors que les responsables gouvernementaux avaient déjà admis détenir des garçons qu'ils classaient comme «à haut risque», Human Rights Watch a déclaré que des facteurs tels que le statut socio-économique, le contexte clanique et la pression extérieure pouvaient influencer l'issue du cas d'un garçon.

Les garçons arrêtés dans des opérations de sécurité ont souvent été détenus par des services de renseignement, à savoir l'Agence nationale de renseignement et de sécurité (Nisa) de Somalie à Mogadiscio ou l'Agence de renseignement du Puntland (Pia) à Bosasso. Les agences de renseignement ont décidé comment elles classaient les enfants, combien de temps elles les gardaient et la date de remise à l'Unicef.

La surveillance indépendante des processus de contrôle et de la garde a été sévèrement limitée, a déclaré Human Rights Watch.

Il a ajouté que les responsables et les gardes ont soumis les enfants à des traitements coercitifs et à des interrogatoires, les coupant de leurs proches et de leurs avocats, les menaçant et parfois les battant et les torturant, principalement pour obtenir des aveux ou comme punition pour avoir parlé ou des perturbations dans les cellules.

Un jeune de 16 ans détenu depuis des mois dans un établissement de la Nisa en 2016 a déclaré: «Ils me sortaient de ma cellule la nuit et faisaient pression sur moi pour me confesser. Une nuit, ils m'ont battu sauvagement, j'ai saigne pendant deux semaines, mais personne ne m'a traité".

"Les autorités somaliennes devraient mettre fin à la détention arbitraire des enfants, permettre un contrôle indépendant des enfants en détention et garantir l'accès à leurs proches et à leurs conseils juridiques. Si les enfants doivent être poursuivis pour d'autres délits graves, ils devraient être jugés par des tribunaux civils qui garantissent la protection de la justice juvénile, et toute sanction devrait envisager des alternatives à la détention et privilégier la réinsertion sociale de l'enfant ».
-0- PANA MA/AR/MTA/BEH/SOC 21fév2018

21 février 2018 20:04:44




xhtml CSS