Un collectif de l'opposition mauritanienne dénonce le retrait du signal aux télévisions privées

Nouakchott, Mauritanie (PANA) - Le Forum National pour la Démocratie et l’Unité (Fndu), un vaste rassemblement de l’opposition mauritanienne constitué de partis politiques, organisations de la société civile et personnalités indépendantes, dénonce « la volonté de l’Etat de se rendre maître absolu de l’espace audiovisuel » suite à l’arrêt depuis une quinzaine de jours, des émissions des cinq chaînes de télévisions privées du pays, dans une déclaration rendue publique lundi.

Le Fndu estime que « l’arrêt des émissions de toutes les chaînes de télévision indépendantes  prive l’ensemble des Mauritaniens du pluralisme médiatique, un acquis pour lequel la plupart d’entre eux ont lutté et auquel ils sont attachés ».

Au sujet du contexte réglementaire national, la déclaration du collectif de l’opposition relève
« le monopole du service de télédiffusion; ainsi la Société de Télédiffusion de Mauritanie (Tdm) ne permet à aucune des télévisions de traiter avec une société étrangère qui vend le même service, alors qu’il y en a qui le fournissent au tiers du prix imposé par la société nationale.

"Le fonds d’appui à la presse ne constitue pas un soutien adéquat qui aide les chaînes à supporter les frais de fonctionnement (200 millions d’ouguiyas, soit 550.000 dollars américains) répartis entre presse écrite, audiovisuel et papier.

"Par ailleurs, initié depuis 2004, le projet de loi sur la publicité n’a été adopté par le gouvernement que la semaine dernière », note le collectif.

A la mi-octobre, la  Société de Télédiffusion de Mauritanie (Tdm) a coupé le signal des cinq  chaines privées du pays pour accumulation de redevances impayées estimées à plusieurs centaines de millions d’ouguiyas pour chaque organe.
-0-PANA SAS/BEH/SOC 30oct2017    

30 octobre 2017 18:02:09




xhtml CSS