Un cinéaste pour une politique d'obligation de résultats à Syrte

Paris- France (PANA) -- Le cinéaste burkinabé Pierre Yaméogo a lancé un appel aux chefs d'Etat africains réunis à Syrte, en Libye, les invitant à imposer une obligation de résultats pour toute initiative lancée sur le continent.
"Les Africains doivent désormais avoir une obligation de résultats pour toute initiative qu'ils prennent comme pour tout projet exécuté dans le cadre d'un partenariat avec les autres.
En tant que premiers responsables de nos Etats, les chefs d'Etat doivent donner l'exemple", a-t-il déclaré.
Lauréat 2005 du prix "Un certain regard" du Festival du cinéma de Cannes, M.
Yaméogo, qui s'exprimait au cours d'un entretien avec la PANA à Paris, a exhorté les chefs d'Etat à ne pas quitter la ville natale du président Kadhafi sans avoir donné la preuve que l'Afrique a tourné la page dans la gestion de ses affaires.
"La politique d'obligation des résultats que je réclame doit commencer dès le sommet de Syrte.
Pour moi, il n'est pas normal qu'il ne sorte pas de cette réunion, pour laquelle tant d'énergie et d'argent, ont été dépensés des choses concrètes", a insisté le cinéaste burkinabé.
Selon lui, le choix d'une obligation systématique de résultats pour toute initiative africaine permettrait au continent de susciter le respect et la considération des autres régions du monde.
"Les Africains ont trop souffert d'une image de gens incapables de prendre en charge leurs affaires.
On a trop souvent entendu dire ici et là que les Africains ne savent rien gérer.
L'heure est venue de battre en brèche toutes ces idées reçues par une obligation de résultats dans tout ce que nous faisons.
Les chefs d'Etat doivent être en première ligne dans cette bataille", a ajouté M.
Yaméogo.
Il a en outre indiqué que l'obligation de résultats conduirait immanquablement à une meilleure gestion des ressources du continent, en mettant fin à l'achat de patrimoines immobiliers et à l'ouverture de comptes numérotés en Europe.
"Si demain la politique d'obligation de résultats était retenue, on ne verrait plus les achats de patrimoine immobilier à l'étranger.
On ne verrait plus, non plus, ces immenses sommes d'argent planquées dans des banques occidentales", a indiqué le lauréat 2005 de "Un certain regard".
"Les impatiences sont de plus en plus grandes parmi les populations africaines.
Il n'est pas à exclure que les déceptions vis-à-vis des politiques conduisent demain à des révoltes comme en Ukraine.
Le seule façon de prévenir de telles levées de boucliers généralisées, c'est de s'imposer une obligation de résultats", a encore dit Pierre Yaméogo.
Le développement de l'Afrique tient cette semaine une place centrale au sommet de l'Union africaine, ouvert lundi à Syrte, et à la rencontre annuelle des chefs d'Etat des huit pays les plus industrialisés du monde (G8), prévue du 7 au 8 juillet à Gleneagles, en Ecosse.
Un vaste mouvement de solidarité envers le continent s'est exprimé le week-end dernier avec l'organisation simultanée de huit grands concerts dans huit villes réparties sur les cinq continents.

05 juillet 2005 16:36:00




xhtml CSS