Un candidat malheureux à la présidentielle ivoirienne propose une transition sans Gbagbo et Ouattara

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Le président de la plate-forme de la société civile "Alternative pour sauver la Côte d’Ivoire" (ASCI), Siméon Konan Kouadio, candidat malheureux au 1er tour du scrutin présidentiel d'octobre 2010, propose comme solution à la crise post-électorale, la mise à l’écart des deux protagonistes, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, a appris mercredi la PANA auprès de l’association.

Dans une déclaration intitulée "Proposition de sortie de crise et de sauvegarde du processus de paix en Côte d'Ivoire", dont la PANA a reçu copie, le candidat malheureux a souligné la nécessité d’une alternative.

"Une alternative s’impose. Dans l’état actuel des choses, sauf erreur de discernement de notre part, il convient d’envisager d’ores et déjà une transition consensuelle pour sauver le processus de sortie de crise. Cette transition devra être présidée par une personnalité neutre désignée par un panel de chefs traditionnels et religieux", a-t-il proposé.

Cette transition que propose Konan Kouadio et qui devrait être dirigée par un collège de chefs traditionnels et de chefs religieux, aura pour objectif de normaliser la situation socio-économique et politique et relancer le processus électoral.

"Cette proposition, aussi impopulaire qu’elle puisse paraître aujourd’hui, restera, croyez-moi, la seule alternative valable pour faire tomber la tempête à nos portes", a-t-il assuré.

La mission de ce panel de chefs traditionnels et de chefs religieux aura deux missions principales, à savoir : "convaincre les présidents Gbagbo et Ouattara de se retirer momentanément et proposer à la communauté nationale et internationale une personnalité neutre pour une transition".

Convaincu que cette transition peut sortir la Côte d’Ivoire de la crise, M. Siméon Konan Kouadio invite les protagonistes de la crise à l’accepter "en vue de sauver la nation d’une situation irréversible et dramatique pour tous".

Le chef de l'Etat sortant, Laurent Gbagbo, et le candidat de l'opposition, Alassane Ouattara, se proclament président depuis le second tour de la présidentielle du 28 novembre 2010; ainsi, ils plongent le pays dans une crise profonde marquée par une insécurité grandissante et le ralentissement des activités socio-économiques.

-0- PANA GB/TBM/SOC 16mars2011

16 mars 2011 21:34:40




xhtml CSS