Un agent immobilier compare les Noirs sud-africains à des singes

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - Un agent immobilier de Durban a créé une grosse dispute raciale en Afrique du Sud en comparant les Noirs sud-africains à des "singes" dans un message publié sur Facebook.

Penny Sparrow, qui se plaignait de la présence de déchets sur les plages de Durban, a écrit : "ces singes à qui on a permis de fréquenter les plages publiques la veille et le jour du Nouvel An n'ont assurément aucune éducation". En quelques heures, son message a été vivement critiqué et elle a reçu des menaces de mort.

Peu après, le respecté économiste Chris Hart a mis de l'huile sur le feu en prenant la défense de Penny Sparrow, en twittant : "plus de 25 ans après la fin de l'apartheid, les victimes continuent à avoir le sentiment que tout leur est dû et éprouvent de la haine envers les minorités...".

Le Congrès national africain, le parti au pouvoir, a estimé que ces commentaires rappellent l'état d'esprit durant l'apartheid envers les indigènes de ce pays. "Ils avilissent aussi les Noirs comme étant des personnes qui ne méritent pas d'utiliser les plages de leur pays d'origine. Ils accusent aussi la majorité de notre pays, essentiellement noire, d'avoir le sentiment que tout lui est dû et de la haine envers la minorité", a analysé le parti dans un communiqué reçu par la PANA.

Kenneth Mokgatlhe, porte-parole du Pan African Congress of Azania, croit, pour sa part, que le racisme est alimenté par les inégalités de la société sud-africaine.

Le parti d'opposition officiel, Alliance démocratique, a confirmé le statut de membre de Sparrow et fait part de son intention de la suspendre.

Hart, qui travaille aussi pour la Standard Bank, a été suspendue en attendant l'ouverture d'une enquête. La Commission sud-africaine des droits de l'homme fait également des investigations sur cette affaire.
-0- PANA CU/MA/NFB/JSG/SOC 05jan2016

05 january 2016 12:26:39




xhtml CSS