Ultimatum de l'UE à Laurent Gbagbo

Bruxelles, Belgique (PANA) - Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy, a sommé ce vendredi le président sortant de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, qui revendique la victoire de la présidentielle du 28 novembre dernier au même titre que l'opposant Alassane Ouattara, de quitter le pouvoir "avant la fin de la semaine"

Nicolas Sarkozy a lancé cet ultimatum au président Gbagbo à l'issue des travaux du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE) à Bruxelles.

"S'il (Gbagbo) ne quitte pas le pouvoir en violation de la volonté clairement exprimée du peuple ivoirien, des sanctions seront prises contre lui", a précisé le chef de l'Etat français.

Il a indiqué que Gbagbo serait traduit devant la justice internationale s'il campait sur sa position de ne pas quitter le pouvoir, surtout que des dizaines de manifestants de Alassane Ouattara ont été tués jeudi par les forces de l'ordre.

A la demande de Paris, le nom de Laurent Gbagbo n'a pas encore été porté sur la liste des dirigeants ivoiriens visés par les sanctions ciblées de l'UE qui comprennent une interdition de visas en Europe et le gel de leurs avoirs en banque en Europe.

Des diplomates européens de haut rang se réuniront dès lundi à Bruxelles et décideront de l'attitude à adopter vis-à-vis du régime de Laurent Gbagbo.

A la quetion de savoir si la France a pris des dispositions pour l'évacuation de ses ressortissants de Côte d'Ivoire, Nicolas Sarkozy a répondu que des mesures de sécurité sont prises à cet égard, mais que le souci premier reste que la volonté exprimée par la majorité des Ivoiriens soit respectée par Laurent Gbabo qui doit quitter avant dimanche.

-0-  PANA AK/TBM/SOC 17décembre2010






17 décembre 2010 19:34:08




xhtml CSS