Titres d'identité et projet de l’autoroute Abidjan-Lagos au menu des tabloïds ivoiriens

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Les journaux ivoiriens ont axé l'essentiel de leurs analyses sur les nouveaux supports des titres d'identité et le projet de construction de l'autoroute Abidjan-Lagos.

"Le Vendredi 4 novembre, le Directeur Général de l’Office National d’identification a présenté les nouveaux imprimés des Attestations d’Identité et des Titres Provisoires de Séjour qui sont plus sécurisés que les précédents", écrit  le journal "L’Expression", proche du pouvoir.

Le quotidien explique que ces documents ont fait l’objet de plusieurs falsifications depuis des années. Voila pourquoi, comme le précise "L'Expression", ces nouveaux imprimés sécurisés seront mis en circulation, ce lundi 07 novembre 2016.

Le Patron de l'ONI, Diakalidia Konaté, dans les colonnes du journal, s’est dit scandalisé du fait que sur 1.098.000 ressortissants hors CEDEAO, seuls 17.000 détiennent un Titre Provisoire de Séjour (TPS), alors que ceci est un document obligatoire pour tout étranger hors CEDEAO ayant vécu plus de trois mois sur le territoire ivoirien.

Le patron de l’ONI révèle également dans ce même article que c’est après les événements de Grand Bassam que l’Etat ivoirien a décidé de prendre en compte les données biométriques des pétitionnaires des TPS. Le journal indique que les nouvelles Attestations d’Identité qui seront désormais acceptées par les banques passent de 2 niveaux de sécurité à 22 niveaux, ce qui les rend infalsifiables, selon "L'Expression".

Sur le même sujet, "Soir Info" précise que cette rencontre s’est faite en présence de la presse et des partenaires de l’ONI tels que les banques, les assurances, le Trésor, les Impôts, la Police nationale, les assurances...

Selon le Directeur Général de l’ONI, dont les propos ont été relayés par "Soir'Info", le Titre Provisoire de Séjour, document obligatoire est un gage de sécurité intérieure et de transaction financière. Concernant le coût, le journal rapporte que  l’innovation n’aura aucun impact, car l’Attestation d’Identité reste à 1.500 FCFA et le TPS demeure à 6.000 F CFA.

Le Directeur Général de l’ONI a fait aussi remarquer que la production des attestations d’identité est déléguée aux commissariats et aux sous-préfectures, mais la production des TPS reste exclusivement réservée à l’ONI.

Sous le titre « la carte de Séjour revient sous une autre forme », "LG Infos", proche de l'opposition écrit que c’est sous prétexte de fraudes massives observées sur les AI et les TPS que le président Alassane Ouattara à travers l’Office National d’Identification renoue avec la carte de séjour de façon sournoise. Selon "LG Infos", le retour de «la carte de séjour» vise à engranger des milliards que cette population hors CEDEAO représente.

Le journal rappelle que dans les années 90, l’instauration de la carte de séjour avait ouvert la voie à toutes formes de racket et d’humiliation des étrangers. Selon l’organe de presse, l’ex président Gbagbo avait mis fin à cette situation dès son accession au pouvoir en ramenant le tarif de 15.000 à 5.000 FCFA.

"Notre Voie", proche de l'opposition, parle par contre «de nouvelles mesures pour contrer la fraude», tout en revenant sur l’aspect sécurité des documents.

Sur la construction de l'autoroute Abidjan-Lagos, le Journal "Le Jour Plus", dans sa parution du jour, publie la reprise des travaux interrompus depuis deux ans, de la construction de l’autoroute Abidjan-Lagos dont le ministre Patrick Achi est le vice-Président du Comité de pilotage.

Pour le Premier ministre ivoirien qui a ouvert les travaux, l’objectif est de renforcer l’intégration sous-régionale et la coopération au sein de la CEDEAO. Le chef du gouvernement a fait remarquer que l’objectif visé n’est pas la rentabilité financière, mais plutôt l’accroissement des échanges dans une zone qui regroupe 15 pays et plus de 300 millions d’habitants. Ceci est un aspect plus important pour la Côte d’Ivoire dont le président Alassane Ouattara œuvre pour l’émergence à l’horizon 2020, souligne l’article.

Le journal "Le Jour Plus" fait également remarquer que la construction de cette autoroute pourra faciliter la transformation structurelle de l’économie ivoirienne à travers notamment, le développement d’infrastructures modernes et de qualité permettant d’assurer la fluidité, la libre circulation des personnes et des biens et l’accroissement des échanges sous-régionaux.

Les pays concernés par le projet dont l’équipe en charge de la réalisation de l’étude se réunira du 28 au 30 novembre, à Abidjan, sont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigéria, selon le journal. Toujours selon "Le Jour Plus", les cinq pays ont été instruits d’assurer la signature et la ratification de leurs accords de financement respectifs avec la BAD pour l’exécution de l’étude avant le 15 décembre.

Dans le même ordre d'idées, "Fraternité Matin" note que le comité de pilotage a décidé de se réunir les jeudi, vendredi de chaque trimestre pour assurer le suivi et l’évaluation des progrès réalisés relativement à la construction de l’autoroute, longue d’environ 1.200 km.

Le Président du comité de pilotage, ministre de l’Energie, des Travaux publics et du Logement nigérian, Batunde Raji Fashola rappelle que la ratification du projet devrait intervenir avant le 30 mars 2017, écrit "Fraternité matin" qui fait remarquer que le coût de financement du projet tourne autour de 148.8 milliards de FCFA financé conjointement par la BAD et l’Union européenne.
-0- PANA JU/IS/IBA 07nov2016

07 novembre 2016 15:06:53




xhtml CSS