Taux de prévalence de 6,8% chez 157 Maliennes enceintes, selon le CREDOS

Bamako- Mali (PANA) -- Chez 157 femmes enceintes recensées au Centre hospitalo- universitaire (CHU) Gabriel Touré de Bamako, aux centres de santé de référence des communes I et IV du district de Bamako et au Centre de santé communautaire (CSCOM) de Kolébougou, à Koulikoro (60 Km à l'est de Bamako) le taux de prévalence au VIH/SIDA est de 6,8%, a révélée une étude menée de décembre 2005 à avril 2008 par le Centre de recherche, d'études et de documentation pour la survie de l'enfant (CREDOS).
L'étude du CREDOS, une structure relevant du ministère malien de la Santé, indique par ailleurs que sur les 157 femmes séropositives, 142 ont accouché dans des sites classés "prévention de la transmission Mère-Enfants" (PTME), soit 146 enfants, dont des triplés et deux paires de jumeaux et 15 autres enfants dont les mères ont été repérées pour une prise en charge après leur accouchement.
Le VIH était le cas le plus représenté avec 99,4% chez les femmes atteintes dont la tranche d'âge varie entre 25 à 29 ans.
La majorité des mères étaient sous traitement ARV avec le choix de l'alimentation artificielle exclusive pour 93 pour cent des enfants.
Sur les 161 enfants recensés nés de mères séropositives, 2,5% sont positifs au VIH (soit 4 sur 161), 9,3% sont décédés, soit 15 sur 161.
Il a été également constaté un taux élevé de cas introuvables notamment en commune I (58,3%).
La transmission du VIH de la mère à l'enfant est actuellement la principale voie de contamination pédiatrique.
Les études placent le risque de transmission sans chimiothérapie périnatale dans une fourchette de 15 à 35%, la prise en charge de l'infection VIH de l'enfant devenant un volet prioritaire dans la lutte contre cette maladie.
Le Mali a adopté une stratégie de prévention mère-enfant basée sur l'utilisation de traitements courts chez la mère et le nouveau-né.

17 janvier 2009 20:01:00




xhtml CSS