Tanzanie : Lancement de la politique de la CEDEAO sur les femmes et l'énergie

Dar es-Salaam, Tanzanie (PANA) - La Banque africaine de développement (BAD) est le fer de lance du développement d'une politique qui aidera à éliminer les obstacles qui entravent la participation des femmes dans l'accès à l'énergie dans la région de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a déclaré mercredi l'institution financière basée à Abidjan, en Côte d'Ivoire.

Grâce à cette politique, les gouvernements des 15 pays membres de la CEDEAO seront engagés à des actions concertées qui portent sur ​​les disparités entre les sexes qui existent dans le secteur de l'énergie, selon un communiqué obtenu par la PANA auprès de la Banque.

Il est prévu que cette démarche va orienter la région de l'Afrique de l'Ouest vers une trajectoire de développement durable de l'énergie établie à partir des principes d'inclusion et d'égalité.

La politique est en cours d'élaboration en collaboration avec une stratégie qui guidera sa mise en œuvre dans les pays.

Selon l'annonce de la Banque, la BAD est le fer de lance de l'initiative en collaboration avec le Centre de la CEDEAO pour l'énergie renouvelable et l'efficacité énergétique (CEREE) et le National Renewable Energy Laboratory (NREL) basé aux Etats-Unis.

"Lorsque les investissements énergétiques sont décidés par un processus du genre informé et conçu pour prendre en compte les sensibilités entre les sexes, les femmes et les filles devraient bénéficier le plus», a déclaré l'Envoyée spéciale de la BAD sur le genre, Geraldine Fraser-Moleketi. "C'est parce qu'elles sont souvent marginalisées socialement et économiquement quand et où l'accès à l'énergie est limitée".

Les statistiques de la CEDEAO indiquent qu'environ 60% des 300 millions de la population de la région n'ont pas accès à l'énergie moderne, efficace et sûre.

La biomasse traditionnelle, récoltée de manière non durable et utilisée dans les technologies de conversion d'énergie inefficaces, représente plus de 80% des besoins énergétiques des ménages dans les pays de la CEDEAO.

Selon le directeur exécutif du CEREE, Mahama Kappiah, «Les femmes et les enfants, compte tenu de leur rôle dans la fourniture d'énergie des ménages, sont les plus touchés.

"Mis à part le temps précieux et les efforts consacrés à alimenter la collecte, une estimation globale de 1,3 million de personnes - en majorité des femmes et des enfants - meurent prématurément chaque année, de l'exposition à la pollution de la biomasse de l'air intérieur".

Pour ce faire, les dirigeants de cette initiative ont déclaré que la situation a appelé à l'inclusion des femmes dans les discussions sur les investissements dans les systèmes d'approvisionnement en énergie sûrs et durables.

Le Commissaire de la CEDEAO pour les Affaires sociales et de l'Egalité, Fatimata Dia Sow, a cité une initiative réussie de fournir de l'énergie solaire pour les communautés au Mali et au Sénégal, qui ont augmenté la productivité des femmes.

«L'accès à l'énergie par des moyens rentables tels que les pompes et les panneaux solaires a permis aux femmes de ces pays à produire des biens et à entrer les marchés nationaux et régionaux», a-t-elle noté.

Lors du lancement du processus, mardi, au siège de la BAD, il a été souligné que la résolution des problèmes de l'énergie à travers une lentille de genre, utilisera le capital humain des femmes, contribuant ainsi à l'objectif de l'accès à l'énergie durable pour tous.

La politique proposée, le premier de son genre dans le monde, assurera que les femmes font à la fois les deux contributions intellectuelles et d'affaires sages pour mettre fin à des crises de l'énergie de la région de la CEDEAO. Les femmes représentent jusqu'à 50% de la population de la CEDEAO et 43% de sa population active.

Les projets de documents de politique devraient être examinés par des experts techniques en juin 2015 avant l'adoption par les ministres de l'Energie et des Femmes de la région.

La BAD a fait d'importants investissements dans le secteur de l'énergie dans la région de la CEDEAO. Entre 1998 et 2014, la Banque a approuvé 40 opérations sur l'énergie (projets et / ou programmes énergétiques) à travers ses fenêtres de financement public et du secteur privé, pour un montant total de 1,45 milliard de dollars américains.
-0- PANA AR/MTA/IS/SOC 25févr2015

25 février 2015 19:18:30




xhtml CSS