Syrte se met aux couleurs africaines pour le 13ème sommet de l'UA

Syrte- Libye (PANA) -- La ville de Syrte, au centre de la Libye, qui avait abrité la cérémonie de proclamation, le 09-09-99, de l'Union africaine (UA), s'est embellie à l'occasion de la 13ème conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'organisation continentale, avec des banderoles et pancartes portant des messages de soutien au panafricanisme.
Les travaux de la 13ème conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA ont démarré mercredi à Syrte, sous le thème : "Investir en agriculture pour la réalisation de l'autosuffsance alimentaire en Afrique", en présence de la majorité des dirigeants africains qui ont entamé leur arrivée en Libye depuis mardi.
Depuis une semaine, les rues et grandes artères de la ville de Syrte sont ornées pour la circonstance, de pancartes et banderoles portant des messages invitant les dirigeants africains à accélérer la réalisation de l'unité africaine.
Ces slogans fustigent l'attitude de tous ceux qui vont à pas de tortue pour l'intégration du continent, et encouragent l'accélération du processus menant au fédéralisme africain "pour répondre aux aspirations et rêves des populations africaines et du guide libyen Mouammar kadhafi, président en exercice de l'UA".
Parmi les plus importants dossiers au menu des discussions des dirigeants africains à Syrte figurent le dossier de la transformation de la Commission de l'UA en une Autorité africaine, sous laquelle seront placés les autres organes de l'Union comme le Conseil de Sécurtié et de Paix (CPS), le Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (NEPAD), le Comité des représentants permanents (COREP) et le Conseil exécutif (regroupant les ministres des Affaires étrangères).
Le guide Kadhafi a, rappelle-t-on, affirmé lors de son discours à la cérémonie d'ouverture de la 15ème session du Conseil éxecutive de l'UA, dimanche à Syrte, que l'important est la création d'une Autorité africaine dotée d'un président responsable devant le sommet et qui sera chargée de la mise en oeuvre des missions assignées à l'UA.
Les observateurs estiment que le contenu du discours du guide Kadhafi, qui souligne que "si l'Afrique ne s'unit pas elle perdra dans sa totalité et celui qui ne prend pas le train de l'unité sera obligé de le rattraper, étant donné qu'il ne pourra vivre seul", pourrait être un indice sur la possibilité de l'évolution des positions vers le camp qui appelle à la nécessité de s'orienter collectivement vers l'unité africaine et à la proclamation de l'Autorité africaine, sur la voie de l'édification des Etats-Unis d'Afrique.
Le président en exercice de l'UA oeuvre à travers cette option à sortir du cercle dans lequel les Africains font du surplace depuis dix ans, depuis la date de proclamtion de l'UA, en plus de 40 ans de stagnation depuis l'époque de l'ex-Organisation de l'unité africaine (OUA).
On rappelle également que les dirigeants africains réunis en février 2009 dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, avaient convenu à l'unanimité de transformer la Commission de l'UA en une Autorité, avec des postes ministériels à la place de ceux occupés actuellement par des commissaires.
Par ailleurs, le second sujet qui prendra une part importante des débats des dirigeants africains à Syrte est celui relatif à la question de la sécurité alimentaire, au développement agricole et à la promotion de ce secteur vital de l'économie africaine, qui emploie plus de 60% de la main-d'oeuvre dans le continent.

01 juillet 2009 23:31:00




xhtml CSS