Succession d’Abdou Diouf à la Francophonie: « Il faut un Secrétaire général africain » (Pr Bourgi)

Dakar, Sénégal (PANA) - Le poste de Secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie doit revenir aux Africains, a confié, à la PANA, l’universitaire franco-sénégalais Albert Bourgi, qui se prononce sur la succession d’Abdou Diouf au cours du XVème sommet de la Francophonie qui se tient à Dakar.

« Franchement, je crois qu’il faut un Secrétaire général africain. Les Africains sont les plus nombreux et finalement les plus demandeurs de l’assistance, ce n’est pas le Canada», a affirmé le Pr Bourgi. Pour lui, la Francophonie « ne vit, ne respire, ne fonctionne que par la présence des Africains francophones».

Enseignement de Relations internationales et du Droit constitutionnel à l’université française de Reims, Albert Bourgi dit n’avoir aucune préférence parmi les candidats en lice pour remplacer Abdou Diouf à la tête de l’organisation francophone. Il a déclaré qu'Abdou Diouf a mis la barre tellement haut qu’il ne voit parmi ceux qui veulent lui succéder, quelqu’un qui peut vraiment faire l’affaire.

Cinq candidats se sont présentés pour occuper le Secrétariat général de l’OIF pour les quatre prochaines années. Il y a: Mme Michaelle Jean (Canada), M. Jean Claude Dd L’Estrac (Maurice), M. Pierre Buyoya (Burundi), M. Henri Lopes (Congo) et M. Augustin Nze Nfumu (Guinée équatoriale).

Dimanche, dernier jour du XVème sommet de la Francophonie, qui s’est ouvert samedi dans la capitale sénégalaise, les chefs d’Etat vont désigner, le prochain dirigeant de l’organisation.
-0- PANA KARL/BEH/IBA  30novembre2014

30 novembre 2014 11:17:26




xhtml CSS