Soro craint pour sa sécurité et exclut de rentrer à Abidjan

Paris- France (PANA) -- Le secrétaire général du Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI), Guillaume Soro, a fermement exclu, lundi à Paris, de rentrer à Abidjan, affirmant que sa vie serait menacée dans la capitale ivoirienne.
  "Je ne peux pas rentrer à Abidjan tant que je n'ai pas des garanties pour ma sécurité.
Aujourd'hui, c'est loin d'être le cas parce que les escadrons de la mort de Laurent Gbagbo continuent de sévir", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.
  Selon le secrétaire général du MPCI, plusieurs responsables des partis politiques ivoiriens n'ont pu, pour les mêmes raisons, regagner la Côte d'Ivoire depuis la fin de la table ronde de Marcoussis, près de Paris, qui a permis d'obtenir un accord de sortie de crise.
  "Si je rentre à Abidjan, les escadrons de la mort tenteront, à coup sûr, de me tuer.
D'ailleurs, si vous avez remarqué, ils ne tuent que les opposants déclarés au président Laurent Gbagbo.
Ils ont déjà tué le frère de notre chargé des relations extérieures, Louis Dacoury-Tabley, et d'autres dirigeants politiques comme Emile Téhé", a rappelé le chef rebelle.
  Il a ajouté que c'est pour ces mêmes raisons de sécurité que son mouvement et les deux autres groupes rebelles ne peuvent pas laisser aux mains des partisans du président ivoirien, Laurent Gbagbo, les postes de la Défense et de l'Intérieur dans le gouvernement d'union nationale.
  "Nous demandons à la communauté internationale de mettre un terme aux agissements de ces escadrons de la mort qui mettent en danger la vie de tous les opposants à M.
Gbagbo.
C'est une condition pour que nous puissions tous retourner en Côte d'Ivoire, et travailler à l'application des accords de Marcoussis", a-t-il affirmé.

24 février 2003 21:19:00




xhtml CSS