Sommet de la Francophonie: le Sénégal installe un comité ad hoc pour la participation des femmes

Dakar, Sénégal (PANA) – Un comité ad hoc chargé de l'organisation des activités du 15ème sommet de la Francophonie prévu les 29 et 30 novembre prochain à Dakar, a été installé ce mardi à Dakar, en présence du ministre de la Femme, de la Famille, et de l'Enfance, Mme Mariama Sarr, du président du comité scientifique dudit sommet, M. El Hadji Hamidou Kassé, et des diplomates.

Dédiée en particulier aux femmes et aux jeunes sénégalais, cette cérémonie s'inscrit dans le processus préparatoire du sommet et permettra d'informer largement les femmes et toutes les parties prenantes sur les activités préparatoires, les enjeux et défis qui interpellent l'espace francophone.

Elle sera également une occasion pour les organisateurs de créer les conditions effectives pour la participation des femmes au sommet, à travers une contribution pertinente qui devra se traduire par une mobilisation engagée des femmes dans les préparatifs des activités.

Ce nouveau comité regroupe en son sein le Réseau Francophone pour l'Egalité Femmes-Hommes (RF-EFH), le cadre de la concertation des organisations de la société civile pour le sommet, le ministère de la Femme, de la Famille, et de l'Enfance et le comité scientifique du 15ème sommet de la Francophonie.

Selon Mme Mariame Sarr, ministre de la Femme, de la Famille, et de l'Enfance, le sommet de Dakar qui est placé sous le thème : ''Femmes et jeunes en Francophonie, forces montantes : enjeux, défis et perspective'', doit appréhender les forces des femmes et des jeunes dans le processus de développement en termes de dividende démographique, mais aussi en fonction de leur dynamisme économique et de leur apport dans l'effort de construction et de maintien d'une paix durable dans le monde.

''La thématique qui a été retenue cette année montre l'attention de tous les acteurs envers les femmes et les jeunes dans l'espace francophone. Le développement et la paix au centre desquels se trouvent les femmes sont consubstantiellement liés. Il ne fait l'ombre d'aucun doute que l'évolution des sociétés contemporaines montre à suffisance que les femmes sont devenues des actrices essentielles de cette aspiration légitime des peuples'', a indiqué Mme Sarr.

''Ainsi, la communauté internationale notamment l'Organisation Internationale de la Francophonie (L'Oif), a compris la nécessité de rehausser le statut de la femme par une série de mesures juridiques et institutionnelles adoptées à travers les conférences et rencontres pour garantir  sa pleine participation à l'effort de développement", a-t-elle ajouté.

Cependant, selon le nouveau comité, malgré tous ces progrès, l'analyse des rapports sociaux entre les sexes sous l'angle des mécanismes de pouvoir et de contrôle qui régissent le fonctionnement des sociétés contemporaines, montre encore des inégalités entre les hommes et les femmes, surtout en Afrique.

''Ces inégalités enracinées dans les institutions et instances sociales, politiques, économiques et culturelles, prennent source dans la gestion de la famille, cellule de conservation et de transmission des valeurs fondamentales de la société'', souligne le comité.

De ce fait, Mme Sarr a estimé que les Chefs d'Etat et gouvernement membres de l'Oif doivent adopter lors du sommet, des idées et stratégies innovantes, qui pourraient contribuer à la concrétisation des engagements pris en faveur des femmes et des jeunes.

Dans la même perspective, le président du Comité scientifique du sommet, M. Kassé, a indiqué lors de la cérémonie, que la déclaration du sommet de Dakar doit intégrer les mesures à prendre pour que les femmes et les jeunes ne se sentent plus en marge dans la société.

Pour la coordonnatrice du RF-EFH, Mme Ndioro Ndiaye, le 15ème sommet de la francophonie permettra de coordonner la mise en oeuvre des textes sur l'égalité femme-homme dans tous les pays membres de l'Oif.

La rencontre, note-t-on, a vu la participation de plus de 250 femmes issues, entre autres, du gouvernement, du parlement, des élus locaux, du Conseil économique, social et environnemental, des comités régionaux consultatifs de la Femme, de la société civile, des universités et instituts de recherche.

Le statut et le devenir des femmes et des jeunes constituent une préoccupation majeure pour la communauté internationale, particulièrement pour les Etats membres de l'Oif.

Cette orientation a été récemment confirmée lors des forums mondiaux sur les femmes organisés par la Francophonie en mars 2012 à Paris et à Kinshasa (Congo) en mars 2013.

La Déclaration de Kinshasa, lors du 14ème sommet en 2012, a insisté, entre autres, sur la nécessité de respecter l'égalité entre les femmes et les hommes et de combattre toutes les formes de discrimination et de violences faites aux femmes et aux filles conformément à la déclaration francophone s'appuyant sur la résolution 1325 (2008) du Conseil de Sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité.

Le Sénégal, note-on, va assurer pendant deux ans la présidence de la Francophonie, ce qui lui confère le privilège d'intervenir juste après les cinq pays membres du Conseil de Sécurité à la Tribune des Nations unies.

-0- PANA KAN/BEH/SOC 05 août 2014

05 août 2014 23:07:02




xhtml CSS