Sommet de l'UA: des agences interpellent l'UA sur la Bonne gouvernance en Afrique

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA)   - Avec au moins 25 élections générales qui sont prévues à travers l'Afrique, diverses agences non-gouvernementales ont appelé l'Union africaine (UA) vendredi à prendre la défense de la Bonne gouvernance sur le continent et à traduire en actions concrètes les décisions-clé en matière de paix et de sécurité.

Cet appel est lancé à un moment où sévissent des violences post-électorales en Côte d'Ivoire et alors qu'il y a des signes de tension potentielle au Sud-Soudan, où les résultats d'un référendum d'autodétermination sont attendus dans les prochains jours.

Parmi les pays qui organisent des élections générales cette année figurent le Nigeria, la République démocratique du Congo (RDC), l'Egypte, le Tchad et le Cameroun.

"La démocratie et des élections libres et justes sont des droits humains et en tant que tels estimés par tous", a déclaré Alioune Tine, président du Rassemblement pour la défense des droits de l'Homme (RADDHO), une organisation des droits de l'Homme continentale.

Se réunissant avant la 16ème session ordinaire du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'AU, les représentants des agences humanitaires et de défense des droits de l'Homme ont déclaré que la démocratie, la bonne gouvernance et les droits de l'Homme sont des valeurs essentielles qui devraient être partagées par tous les pays d'Afrique dans l'intérêt de tous les citoyens.

Le sommet s'est choisi pour thème "Vers une plus grande unité et une intégration à travers des valeurs partagées", comme base de la construction d'alliances et pour s'assurer qu'elles ont pour objectif commun la paix, la démocratie et les droits de l'Homme.

L'agence internationale, Oxfam, qui, avec son réseau de partenaires à travers l'Afrique, s'est toujours battue pour ces valeurs, a réaffirmé son engagement, en déclarant que: "ces valeurs resteront au centre de sa campagne et de sa politique de plaidoyer car les Africains continuent à être privés de leurs droits civiques".

Désiré Assogbavi, chef du bureau de liaison d'Oxfam avec l'UA, a déclaré que son agence - avec ses partenaires à travers l'Afrique - continuerait à s'ériger contre l'injustice, la fraude électorale et la corruption ainsi que contre toute violation des droits humains, comme en RDC où le groupe rebelle ougandais de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) commet toujours de nombreuses atrocités.

"Nous avons également le cas de la Somalie où il y a un sentiment d'impuissance face aux souffrances de la population civile. Nous sommes aux côtés des femmes et des enfants somaliens. Nous sommes aux côtés des femmes et des enfants dans l'Est et le Nord-est de la RDC et nous exhortons l'UA à faire preuve d'audace lors de ce sommet, en faisant des recommandations concrètes pour donner espoir aux citoyens africains dans le domaine de la Bonne gouvernance et de la démocratie", a déclaré M. Assogbavi.

Un consortium de 13 Organisations non-gouvernementales opérant en Afrique a présenté aux diplomates accrédités auprès de l'UA un rapport sur "l'état de l'Union" concernant l'application des décisions de l'organisation au niveau national.

Le rapport, qui présente les résultats d'enquêtes effectuées dans 10 pays, montre que seul un nombre limité de décisions prises par l'organisation continentale sont appliquées par ses Etats membres.

"Nous appelons les chefs d'Etat à renouveler leur engagement à ratifier et appliquer sans délai les traités légaux en vigueur et les normes politiques, en se concentrant particulièrement sur ceux qui sont les plus prometteurs pour la majorité de nos concitoyens qui sont privés de leurs libertés fondamentales et de leurs droits humains de base", a déclaré M. Assogbavi.

Les ONG ont souligné que seule une Union africaine respectant et appliquant ses propres décisions atteindrait l'objectif d'une Afrique intégrée et pacifique.

-0- PANA AR/SEG/FJG/TBM/IBA 28jan2011

28 janvier 2011 16:06:05




xhtml CSS