Signature à Brazzaville d’un accord de cessation des hostilités en Centrafrique

Brazzaville, Congo (PANA) – Les belligérants de la crise centrafricaine ont signé mercredi soir à Brazzaville, à la fin du forum sur la réconciliation nationale,  un accord de cessation des hostilités en vue de mettre fin aux violences que ce pays connaît depuis le coup d’Etat du 24 mars 2013, a constaté un journaliste de la PANA.

Cet accord, qui a été signé par  le chef de délégation de l’ex-coalition Séléka, Mohamed Moussa Dahaffane, et le coordonnateur des Anti-Balaka, Patrice Edouard Ngaïssona, prévoit aussi ‘’l’arrêt des violences, des exactions de toutes sortes, des destructions  et la libre circulation des personnes et des biens sur toute l’étendue de la Centrafrique.

‘’Nous venons de prendre un engagement pour un cessez-le-feu ferme en Centrafrique’’, a déclaré Mohamed-Moussa Dhaffane, dans un déclaration, ajoutant : ‘’ Il est important de cesser de se persécuter entre nous, car nous sommes tous des frères, sœurs, Centrafricains’’.

Par ailleurs, le chef de délégation de l’ex-coalition Séléka a appelé les combattants sur le terrain à respecter l'accord qui vise à ramener la paix, la sécurité et la réconciliation dans le pays.

Peu avant la signature par le conseil national de transition, les hommes politiques, la société civile, les confessions religieuses, les Nations unies, l’Union africaine et le médiateur international, Denis Sassou Nguesso,  Mohamed-Moussa Dahaffane a présenté les ‘’excuses’’ de sa délégation de n’avoir pas pris part aux travaux en commission du forum tenus du lundi à mercredi à Brazzaville, la capitale du Congo.

Dans son discours de clôture, Sassou Nguesso a dit ‘’nous venons d’ouvrir ici une nouvelle page dans la recherche de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Centrafrique et nous ne cesserons de souhaiter pour ce pays un destin de bonheur, dans l’unité et la cohésion nationale’’.

‘’Les engagements qui viennent d’être pris constituent des fondations, des repères pour un long processus à poursuivre et à consolider en terre centrafricaine. Il fallait bien commencer par la cessation des hostilités’’, a précisé le médiateur dans la crise  centrafricaine.

S’adressant aux Centrafricains, il a indiqué: ‘’Brazzaville constitue ce premier pas qui vous conduira dans les 16 préfectures de votre pays, dans le cadre d’un dialogue inclusif, dans la paix, avant de vous retrouver à Bangui pour l’organisation d’un forum de réconciliation nationale qui clôturera formellement le processus que nous avons engagé’’.

-0- PANA MB/BEH/SOC  23 juil 2014

23 juillet 2014 23:46:32




xhtml CSS