Sénégal: la MFWA condamne la Gambie pour la fermeture de quatre stations de radio

Dakar, Sénégal (PANA) - La Fondation des Médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA) a condamné les autorités gambiennes pour la fermeture de quatre stations radios privées dont les licences d'exploitation ont été révoquées par le ministère de l'Information et de la Communication.

Dans un communiqué publié, mercredi à Dakar (Sénégal), le surveillant de la liberté des médias a déclaré que la fermeture des stations de radio avait été provoquée par une crise politique en Gambie, après que le président Yahya Jammeh a refusé d'accepter les résultats de l'élection du 1er décembre 2016 dans lesquels il a perdu au profit d'Adama Barrow et les médias dynamiques font un effort supplémentaire pour tenir le public informé des événements dans le pays.

«Nous exhortons donc les autorités de Gambie à faire en sorte que la liberté d'expression, la liberté de la presse et l'accès à l'information soient respectées dans le pays», a souligné la MFWA.

Le ministère de l'Infrastructure, de l'Information et de la Communication a révoqué les licences de Hilltop Radio, Afri Radio, Taranga FM et Paradise FM.

Dans une lettre adressée aux quatre stations de radio, Saül Njie, qui a signé la lettre au nom du secrétaire permanent du ministère, a écrit: «Je suis chargé de vous informer que votre permis d'exploitation a été révoqué avec effet immédiat. Merci de votre coopération''.

Selon la MFWA, il n'y avait aucune raison de révocation des licences des stations de radio et il n'y avait aucune indication claire de qui avait ordonné à M. Njie de révoquer les licences des stations ciblées.

"La révocation des licences des quatre stations de radio implique que les stations ont été forcées de fermer jusqu'à ce que leurs licences soient rétablies", note le communiqué.

La MFWA a souligné que la révocation des licences des stations de radio est intervenue quelques jours après leur ordonnance de cesser de diffuser et Hilltop Radio, Afri Radio et Taranga FM ont été ordonnées par la National Intelligence Agency (NIA) de cesser de diffuser le 1er janvier 2017.

Afri Radio a toutefois été autorisée à diffuser, le 3 janvier 2017, à condition que la station ne joue que de la musique.

Dans le cas de Paradise FM, il a été ordonné par des personnes prétendant être du ministère de la Communication de cesser la radiodiffusion, le 8 janvier.

"Bien qu'il n'y ait eu aucune communication officielle sur les raisons pour lesquelles l'ordre de cesser la radiodiffusion et la révocation subséquente des licences des stations de radio, le 9 janvier, beaucoup croient que c'est en raison de la couverture des stations de radio des activités du président-élu Adama Barrow et sa prestation de serment imminente, prévue pour le 19 janvier 2017 », a déclaré MFWA.
-0- PANA MLJ/AR/MTA/IS/IBA 11janv2017

11 janvier 2017 14:34:28




xhtml CSS